Béarn : vallées d'Aspe et d'Ossau

Toutes les informations pour voyager en Béarn : vallées d'Aspe et d'Ossau

Le Béarn englobe principalement les vallées d'Aspe et d'Ossau, réputées pour leur pastoralisme et leur fromage. Le Parc National des Carte Béarn Aspe OssauPyrénées y déroule sa partie occidentale.

Les vallées béarnaises

Trait d'union entre le Béarn et l'Aragon, les vallées béarnaises (vallée d'Aspe et vallée d'Ossau) ont toujours été une terre d'échanges et de passages empruntée par des marchands, des pèlerins...

Elles ont conservé un héritage de ce passé : tronçons de voie romaine, hôpitaux et chapelles sur le chemin de St Jacques, tours de défense, belles maisons médiévales...

Ce peuple de bergers a toujours vécu avec la montagne une relation harmonieuse.
Il vit par elle et pour elle en la préservant ! Ce mariage dure, parce qu'ici, on a, malgré tout, su vivre avec son temps. Ce n'est pas pour rien que ces vallées sont le dernier refuge de l'ours brun des Pyrénées.

Le Parc National des Pyrénées a lui aussi choisi ces vallées pour leurs richesses naturelles comme le vautour fauve, l'aigle royal, l'isard, le lis, l'iris et 1000 autres fleurs !


Iris           Pic d'Ossau

Un peu d'histoire sur la Vallée d'Aspe

La Vallée d'Aspe est un lieu de passage très ancien. La toponymie - Aspa Luca, le bois sacré, ou Summus Portus, le plus haut col - ainsi qu'une inscription romaine gravée sur les parois du défilé d'Escot, l'attestent.
Au Moyen Age, Gaston IV, vicomte de Béarn, emprunta la vallée pour aller libérer Saragosse de l'Islam, fondant près du Somport l'important monastère de Sainte-Christine qui accueillera les pèlerins de Saint-Jacques et les marchands.
En 1287, la vallée se retrouva au cœur de la diplomatie européenne. Mandaté par le roi de France et le pape, Edouard 1er d'Angleterre vint avec son épouse, Aliénor de Castille, y négocier un traité espagnol. Pendant deux ans, ce ne furent que réceptions, échanges d'otages, chasses et fêtes. Prospérité soudaine et sans lendemain pour la vallée...  
Ici la vie a été de tout temps dominée par l'économie pastorale et la relation avec les animaux.
L'architecture rurale confirme le fait ; solides maisons de pierre au toit d'ardoises avec un rez-de-chaussée réservé au bétail, les hommes vivant audessus.
Depuis des temps immémoriaux, la vallée d'Aspe, au même titre que la vallée d'Ossau, est une sorte de république pastorale.
Les jurats aspois des deux communautés, Vic d'en haut et Vic d'en bas, siégeaient à Lestanguet, près d'Accous, «capdulh» fédéral.
Ils passaient des traités «internationaux» amorçant souvent autant de siècles de procès, batailles et maléfices qu'ils en effaçaient.

... et la Vallée d'Ossau

En vallée d'Ossau, la présence humaine est attestée dès la fin de la dernière ère glaciaire.
Au-delà des vicissitudes de l'histoire, une forte identité culturelle s'y affirme.
Occupée par les Basques, puis dominée par les Romains, repoussant l'invasion normande au IXème siècle, la vallée d'Ossau voit ses droits garantis dès 1221 dans les Fors d'Ossau.
Béarnaise dès l'an mil, elle devient française en 1620 sous le règne de Louis XIII et perd ses privilèges dans la nuit du 4 août 1789. «Sire, nos biens et nos vies sont à vous, disposez-en selon votre bon vouloir. Quant aux piliers, ils sont à Dieu, demandez-les lui !». C'est à peu près en ces termes que les jurats ossalois répondirent à la demande pressante d'Henri de Navarre, nouveau roi de France, qui sollicitait pour son château de Fontainebleau les pilastres de marbre de l'église de Bielle issus de la villa gallo-romaine. Cette formule certainement patinée par le temps éclaire assez bien l'un des traits essentiels de l'âme ossaloise...

Suivez-nous