Mali : la situation du tourisme en Pays Dogon

26 octobre 2010

Bonjour à tous,

Je reviens de six jours passés en pays Dogon. La crise du tourisme qui s’annonce, suite, entre autres, à la prise d’otages au Niger, est vécue là-bas comme un drame. Il faut passer quelques jours dans ces villages du fin fond de la campagne malienne pour comprendre les conséquences économiques et sociales de l’arrêt de ce revenu, ne serait-ce qu’une seule saison.

Pays Dogon
Pays Dogon

Le tourisme a connu un essor important depuis une quinzaine d’années. Au fil du temps, les Dogons ont intégré dans leur revenu celui fournit par la récolte de contre-saison que constituait cette nouvelle activité. Et ceci d’autant plus facilement que les seules ressources disponibles jusque-là provenaient soit de la culture du mil, pratiquée de juin à octobre et largement dépendante de la qualité des pluies, soit, en saison sèche, de l’argent gagné par les hommes partis en exode saisonnier en ville, exode qui transformait les villages en citées peuplées de personnes âgées, de femmes et d’enfants.

Relativement au niveau de vie de cette région pauvre, le revenu du tourisme a soudain permis d’accéder à un mode de vie nettement plus confortable. Au fil des années, les sociétés locales se sont peu à peu transformées :

- l’exode saisonnier vers les grandes villes (qui devenait fréquemment un exode permanent) a connu un arrêt total,

- la qualité de l’eau s’est améliorée, car il est devenu nettement plus facile de rassembler dans la communauté villageoise les sommes d’argent nécessaires à l’entretien des pompes des puits,

- l’accès aux soins a été facilité : des traitements plus coûteux ont pu être assurés, et pour les maladies les plus courantes, les visites au centre de santé sont devenues bien plus fréquentes,

- le taux de scolarisation s’est élevé, la main-d’œuvre fournie par les plus jeunes n’étant plus considérée comme absolument nécessaire aux besoins de la famille,

- l’alimentation s’est à la fois enrichie et diversifiée : la consommation de protéines a augmenté, et de nouvelles denrées sont apparues ou sont devenues plus fréquentes,

- et puis, en dix ans, à cause de l’insuffisance des pluies, la région a connu deux années sans récolte de mil. Mais le complément de revenu fourni par l’activité touristique a permis d’acheter des céréales, constituant alors une sécurité alimentaire pour les paysans.

Cela n’a pas rendu riche, mais cela a contribué de manière très significative à l’amélioration de l’économie de ces campagnes.

Or, les prochaines semaines, et pour la première fois dans l’Histoire du tourisme local, ce revenu va connaître une baisse spectaculaire.

Et voilà les Dogons confrontés à l’idée de revenir 15 ans en arrière et de retrouver les mêmes conditions de vie d’alors : l’exode saisonnier des jeunes, la dégradation de l’accès aux soins, la baisse de la fréquentation scolaire car le revenu fourni par les jeunes deviendra à nouveau nécessaire, une alimentation redevenue frugale, et si la situation perdurait plusieurs années, les famines possibles en cas d’absence de pluies et de récoltes de mil....

On pense aussi aux gens de Gao, du Gourma et de Hombori, où les pluies bien plus irrégulières rendent les conditions de vie plus dures encore...

Comme le disent sans rire certains villageois : “Il va y avoir des morts.”

Par Yannick Salaün, prestataire de La Balaguère au Mali.

Nos treks au Mali sont malheureusement suspendus. Nous retournerons en Pays Dogon dès que les conditions de sécurité le permettront.

Autres articles

06 janvier 2011

Philippe et Zoé, le film de leur séjour au Mali

Plus que des mots, une vidéo retrace notre parcours en terres maliennes. Des souvenirs, nous en avons plein la tête et certains resteront gravés à tout jamais.
24 novembre 2020

Chantal et Guy, de retour de "La Réunion, grandeur nature" en liberté

Il y a 13 ans, nous avions déjà fait un trek à la Réunion mais avec un groupe. Nous voulions refaire ce périple uniquement à deux pour pouvoir aller à notre rythme. Ce parcours est un peu différent de ce que nous avions fait et cela nous a plu de découvrir d'autres endroits. Ce circuit en liberté correspondait parfaitement à nos attentes et le fait de retrouver les bagages au maximum tous les deux jours est très confortable.
19 mars 2020

Fernand, voyageur de retour de "Pays Bassari et parc du Niokolo Koba"

En tant qu'ancien journaliste sportif, j'ai eu la chance de voyager énormément pour découvrir le monde. Amoureux du Mali depuis 20 ans, à travers mes voyages, je souhaite rencontrer des populations locales dont les modes de vie simples sont basés sur la convivialité, l'Afrique fait donc partie de mes plus grands coups de coeur !
Contactez-nous
05 62 97 46 46
Suivez-nous