Quelle taille choisir pour ses skis de randonnée ?

19 décembre 2019

Considéré comme une activité devenue tendance, le ski de randonnée est en plein essor. Sa pratique s’étant largement démocratisée, ce sport autrefois exclusivement réservé aux très bons skieurs, n’est aujourd’hui plus uniquement prisé par l’élite. Associer le plaisir de la glisse à l’effort de la montée, c’est avant tout la promesse de profiter de la quiétude d’espaces difficiles d’accès et préservés.

L’évolution du matériel a très certainement contribué à la démocratisation de ce sport encore marginal il y a quelques années. Cependant, le choix de son équipement nécessite une certaine connaissance afin de pouvoir l’utiliser à bon escient en fonction des conditions de neige en vue d’assurer une sécurité maximum.

Ski de randonnée
La montée vers le sommet

PETIT GUIDE À L'USAGE DU SKIEUR DE RANDONNÉE

Au premier abord, les skis de randonnée femme ou homme ressemblent de près aux skis de piste classiques. Pourtant, au niveau de leur conception, il y a un critère qui les différencie vraiment : le critère du poids, un élément crucial dès lors que l’on considère l’effort à la montée.

Un ski léger va faciliter la montée, mais fera perdre de la stabilité au skieur lors de la descente. Pour les débutants, on préconise en général de choisir des skis au poids moyen. Pour des skis d’une taille de 175 cm de longueur, le poids idéal pour équilibrer l’effort entre la montée et la descente se situe entre 2,5 à 3 kg (paire de skis avec fixations, sans le poids des chaussures).

En dessous de 2,5 kg, les skis possèdent l’avantage d’être particulièrement performants à la montée. A l’opposé, des skis de plus de 3 kg ne pourront être utilisés que sur de petits dénivelés. Quant à la taille des skis, on conseille souvent de prendre une paire mesurant 10 centimètres de moins que sa taille avec une largeur de patins proportionnelle à leur longueur. Cependant, si vous privilégiez la descente plutôt que la montée et les conversions faciles, mieux vaut miser sur des skis un peu plus grands que sa taille (environ 5 cm).

La diversité des modèles existants varie en fonction des besoins et du style de ski ou du niveau technique de chacun. Avec un modèle très raide performant dans la vitesse, un débutant ne trouvera pas de plaisir. En revanche, il existe des skis polyvalents qui sauront satisfaire une certaine catégorie de bons skieurs.

-> Bien choisir et comprendre l'utilité de ses fixations 

La majorité des fixations du marché sont dites à « inserts » ; en présentant l’avantage d’être assez légères, elles ont petit à petit remplacé les fixations à plaques.

Les fixations avec stop skis assurent une certaine sécurité dans la pratique. Elles permettent de déclencher la fixation, sans risquer de perdre le ski ou de se tordre le genou en essayant de débloquer sa fixation, ce qui peut être particulièrement bienvenue en cas de chute, même si c’est un peu plus lourd. Sans stop skis, ce sera à vous d’adapter votre style et votre façon d’utiliser la fixation. Toutefois, attention en utilisant le mode "bloqué" de vos lanières ou de vos fixations, c'est un système à utiliser qui peut être dangereux en cas d’avalanches ou de chutes.

La plage de réglage (20 mm n’est pas un luxe !) qui sert à adapter la fixation à votre chaussure varie selon les marques et les modèles. C’est néanmoins un point important pour celui qui a prévu de changer de chaussures.

En montée, les inserts maintiennent l’avant de la chaussure, mais libèrent le talon qui pivote à l’arrière de la fixation sur 3 niveaux de cale en moyenne, en fonction du terrain (plat et/ou pentes plus soutenues). Le premier niveau est suffisant pour les personnes qui ne sont pas adeptes des montées dans les pentes raides.

Avec les fixations munies d’un rattrapage de jeu (= compression), la fixation reste toujours à la même distance de la chaussure, évitant d’arracher la fixation ou à l’inverse de déclencher. Réglé sur la plupart des fixations ou fixe suivant les modèles, le DIN est la valeur de déclenchement de la fixation ; celui-ci s’adapte en fonction de votre poids et de votre type de ski.

Descente ski de randonnée
La joie de la descente

Comment trouver chaussure à son pied ?

La chaussure comporte deux positions : la position de la montée où la chaussure est débloquée pour libérer le mouvement de la marche et la position à la descente où la chaussure est bloquée pour être rigide. Les chaussures légères (moins d’1 kg la chaussure) sont généralement connues pour être plus performantes.

L’indice de rigidité de la chaussure (= le flex) est un paramètre qui varie en fonction des fabricants (de 90/100 à 130). Plus le flex est élevé, plus la chaussure est rigide et adaptée à un skieur confirmé.

Les systèmes de fermeture ont également évolué lors des dernières années : un système de laçage millimétré (= le système BOA) a investi et révolutionné le marché de la chaussure de ski de randonnée. 

Le type de serrage diffère lui aussi en fonction des modèles. Un nombre de boucles peu important garantit normalement une bonne ergonomie, facilitant ainsi les transitions entre la montée et la descente. Cependant, ce nombre n’a pas forcément d’incidence sur la performance des chaussures. 

Lorsqu'elles sont usées, les semelles sont remplaçables. Cet avantage requiert néanmoins une attention particulière afin de conserver une certaine hauteur dans la chaussure. Ce critère supplémentaire vient s’ajouter au poids de ses chaussures, ce qui n’est pas une question à négliger dans l’équipement si l’on considère qu’un kilo au pied équivaut à un portage de 4 kg dans le dos. 

Pour de petits dénivelés en station, les chaussures un peu trop lourdes (soit une paire de chaussures de plus de 3,5 kg) ne seront pas gênantes. Quant aux chaussures légères (moins de 2,5 kg), elles seront plus adaptées à de grosses montées et à la compétition. Plus on leste du poids et plus on pourra s’aventurer hors des stations, passer de la randonnée classique à la longue course hors piste.

D’où la nécessité de faire un compromis entre légèreté et performance, en testant si possible les différents points sur le terrain !

Randonnée à ski
Descente en hors-piste

Sortie ski de randonnée
Montée à ski

Ski randonnée neige
Vue sur les sommets 

-> Jamais sans mes peaux de phoques !

Composées d’une surface en fibre (en contact avec la neige) et d’une surface adhésive (en contact avec la semelle du ski), les peaux de phoques servent à grimper dans la pente sans glisser. Certains modèles sont en mohair (laine de chèvre), une matière adéquate pour la glisse. Les modèles synthétiques sont plutôt recherchés pour la qualité de l’accroche. 

Si vous débutez dans l’activité, un mixte entre les deux matières constitue le meilleur compromis. Aujourd’hui, la technologie a développé de nouveaux systèmes basés sur un principe de ventouse moléculaire. Bien sûr, si ce modèle est plus simple à l’utilisation, il est au demeurant plus onéreux !

-> Quels bâtons choisir pour votre ski de randonnée ?

Partie intégrante du matériel, les bâtons sont cependant très importants pour garantir vos appuis grâce à une prise en main plus ou moins aisée. Nous préconisons en générale de choisir des bâtons télescopiques réglables dont l’extrémité supérieure est recouverte d’une matière en mousse.

-> Le matériel de sécurité : le DVA, la pelle et la sonde

Indispensable avant toute sortie, les 3 éléments de ce kit ne peuvent être dissociés. Le DVA (Détecteur de Victimes d’Avalanches) sert à localiser la victime sous la neige ou à être localisé, la sonde de repérer précisément où elle se trouve et la pelle de dégager celle-ci.

Bien sûr, il ne suffit pas d’acquérir ce type de matériel sans même savoir l’utiliser. Il est impératif de maîtriser parfaitement son utilisation et de réaliser régulièrement des exercices en situation et avoir ainsi les bons gestes et les meilleurs réflexes dans le cas d’un accident de ski de randonnée. En outre, il est aussi très important de garder son DVA en parfait état de marche, en le faisant réviser régulièrement par la marque.


En terme de matériel de ski de randonnée, le marché propose des gammes toujours plus importantes et diversifiées. Pour le skieur débutant, ce n’est pas toujours aisé de s’y retrouver. Tant au niveau technique qu’en terme de budget. Aussi, pour les premières sorties, il est vivement conseillé de louer du matériel pour être à même de bien tester cette discipline !
 

Tous nos voyages à ski de randonnée

Voyageuse passionnée

Autres articles

14 septembre 2020

Le métier d’accompagnateur en montagne

Accompagnateur en Montagne (AEM) : voilà un métier qui fait rêver ! Parcourir les sentiers et les cimes à longueur d’année ; faire partager la passion de la nature et du milieu montagnard à des marcheurs urbains ébahis ; quel plus beau métier imaginer ? Mais attention, c'est un métier difficile, qui n’a pas d’horaires, peu de jours de congés, et qui est saisonnier, donc facilement précaire. Un métier qui demande de nombreuses qualités et de hautes valeurs morales. Un métier, enfin, qui doit être porté par la passion du partage !
15 juin 2020

10 conseils pour une randonnée réussie avec des enfants

Passer du temps dehors est essentiel au développement des enfants, quoi de mieux que la nature, un terrain de jeu amusant, sain, varié et gratuit. La randonnée est donc un excellent moyen de les aider à apprécier toute la beauté et l'aventure qu'offre le monde de la nature, mais aussi de partager en famille des moments magiques, et de se créer de jolis souvenirs. Voici quelques conseils pour une première randonnée réussie et qui leur donnera sans nul doute envie de renouveler l'expérience.
05 mai 2020

Comment faire une « bonne » photo de paysage – Nos 3 conseils

On ne vous apprendra rien en vous disant que la lumière est essentielle en photo et qu'elle influencera en grande partie la qualité d’une image, et c'est d'autant plus vrai lorsqu'il s'agit de photo de paysage.
Contactez-nous
05 62 97 46 46
Suivez-nous