Le Rwanda, pour longtemps gravé dans ma mémoire

VIncent Fonvieille, président de La BalaguèreVincent Fonvieille au Rwanda

Cela fait des années que je voulais aller au Rwanda. Dans les années 70, j’avais des amis qui y étaient allés et depuis, j’ai toujours eu envie de visiter ce pays.

Je savais que depuis le début des années 2000, le Rwanda avait retrouvé la paix, malgré les terribles événements qu’il avait connus, et qu’il se tournait vers le tourisme, notamment avec les fameux gorilles de montagne.

En fait, je suis allé au Rwanda pour créer un nouveau voyage pour La Balaguère : Chemins de rencontres et de sourires au pays des mille collines. J’avoue que je n’avais pas vraiment d’idée avant de partir, et je m’en suis remis totalement à celui qui est devenu notre partenaire sur place, Charles Serushyana.

Un petit pays tellement varié

Le Rwanda est un tout petit pays, grand comme la Belgique. Quand on regarde la carte de l’Afrique, on a du mal à le situer tellement il est petit, coincé entre la Tanzanie, le Burundi, l’Ouganda et la République démocratique du Congo…

Pour autant, il est très varié, les paysages sont multiples, même si celui que l’on gardera en tête est celui de ces mille collines, toutes cultivées, qui forment un véritable damier multicolore, sur fond de terre rouge… Mais c’est quand même le vert qui est largement la couleur dominante… On dit du Rwanda qu’il est la Suisse de l’Afrique.

Rwanda

Mais il y a bien d’autres paysages, notamment le bord du lac Kivu, véritable mer intérieure, avec ses berges magnifiques, ses plages, ses îles, les barques de pêcheurs qui partent le soir en chantant… Tout cela donne une sensation de grande douceur de vivre, même si les rwandais travaillent dur.

Puis il y a les volcans, qui culminent à 4500 mètres d’altitude, qui donnent de la noblesse au paysage, quand on sait par ailleurs qu’ils abritent une faune sauvage importante, dont les gorilles de montagne…

Pour des raisons économiques, nous avons fait le choix d’aller visiter les gorilles en Ouganda (les taxes sont presque 3 fois moins chères…) mais nous avons gardé dans le programme rwandais l’ascension du volcan Bisoké (3700m), où j’ai retrouvé l’ambiance du Kilimandjaro sur les pentes sommitales, et où l’on pourra peut-être croiser au cours de l’ascension les fameux gorilles si l’on est chanceux (ce qui fut notre cas).

Autres curiosités du pays, les Parcs nationaux, celui de Nyungwe au Sud-Ouest, qui est un immense massif forestier qui abrite de nombreuses espèces de singes, dont les chimpanzés, que nous sommes allés traquer avec les gardes forestiers…

Et enfin, le Parc National de l’Akagera, à l’Est, qui borde la Tanzanie.

Il s’agit d’une grande plaine, autour de la rivière Akagera et des lacs qui la bordent, qui abrite la grande faune africaine, notamment le fameux big five, le lion, l’éléphant, le buffle, le rhinocéros, le léopard… et bien d’autres espèces d’antilopes, des zèbres, des girafes…

Si l’on se place en tant que randonneur, nous avons parcouru un itinéraire assez exceptionnel, le “Congo Nile Trail”. Littéralement, le chemin de la ligne de partage des eaux entre le fleuve Congo, qui va se jeter dans l’Océan Atlantique, et le Nil, qui file vers le nord se déverser en Méditerranée. Ces deux grands fleuves prennent leurs sources là, sur les hauteurs du Lac Kivu.

En fait, l’itinéraire du Congo Nile Trail longe le lac Kivu sur une dizaine d’étapes, mais nous n’en faisons que quatre, les plus intéressantes, entre Kibuye et Gisenyi.

Une destination coup de coeur et beaucoup d'émotions

Ce pays dans son ensemble a été pour moi un énorme coup de cœur, comme il y a longtemps que je n’en avais pas connu (pourtant je voyage pas mal...).

Essentiellement pour sa population

Des gens toujours souriants, accueillants, dignes, unis et apaisés, loin du sentiment que nous pourrions imaginer suite au génocide de 1994.

C’est cette réconciliation qui est impressionnante, la façon dont les tutsis et les hutus ne forment plus aujourd’hui qu’un seul peuple, les rwandais.

Pourtant, la culture de la mémoire est partout active, présente, avec des mémoriaux, des musées, des villages de mémoire…

Autre trait de caractère, les rwandais sont des travailleurs…infatigables ! Il faut voir toute cette population travaillant chaque lopin de terre, à la houe, sans assistance mécanique… Imaginez les femmes aux pagnes multicolores transportant sur la tête un bidon, un régime de banane, un fagot de rames à haricots… ou les hommes poussant le long des routes des vélos chargés de façon inimaginables de toutes sortes de marchandises, par exemple deux ou trois dizaines de poulets vivants ou des bacs de poissons du lac Kivu… !

Femmes au Rwanda

Autre surprise, de taille, pour celle ou celui qui a déjà voyagé en Afrique, c’est la propreté ! C’est nickel !!! Le Rwanda est sans conteste le pays le plus propre de l’Afrique, voire du monde, sans exagération.

Pour cela aussi, on peut le comparer à la Suisse.

Notez par exemple (en préparant vos bagages) que les sacs en plastiques sont interdits, que le fait de jeter des ordures sur la voie publique est sévèrement puni…

Enfin, autre fait intéressant, tous les rwandais sans exception sont appelés à des travaux d’intérêt collectif un samedi matin par mois… la solidarité concrète !

Autre moment fort, la messe dominicale ! Nous y avons assisté par hasard, dans un tout petit village dominant le lac Kivu, attirés par le rythme effréné de la musique provenant d’une église pleine, multicolore… Que l’on soit croyant ou pas, on ne peut que se laisser entraîner par cette joie et ces chants partagés, un moment assez magique !

C’est vrai que la religion est très présente au Rwanda, essentiellement chrétienne, il y a des églises partout, mais aussi beaucoup de communautés protestantes pentecôtistes, baptises, adventistes du 7° jour… Il y a également des musulmans (environ 5% de la population). Et toutes ces communautés cohabitent pacifiquement.

L’autre grand coup de cœur, c’est le lac Kivu

Lac Kivu

C’est à la fois une mer intérieure, enchâssée entre les montagnes, aux paysages magnifiques, avec des myriades de péninsules, de fjords, d’îles, de petits villages accrochés ou de hameaux magiques les pieds dans l’eau, véritables petits coins de paradis au bout de la marche…

C’est aussi une mer nourricière, riche en poissons. Le spectacle des pêcheurs partant le soir sur leurs pirogues, en scandant des chants rythmés, joyeux, est un moment d’une poésie et d’une beauté inouïes.

Enfin, l’eau y est chaude, accueillante, il n’y a pas de sales bestioles pour troubler votre bain…

Et bien sûr, les gorilles de montagne

Sinon, bien entendu, ce que l’on retient du Rwanda, ce qui est vraiment unique au monde, c’est l’incroyable rencontre avec les gorilles de montagne !

Gorilles

C’est un moment fascinant, de se retrouver là, à quelques mètres du groupe (je devais être à moins de 3 mètres, et la veille, une femelle m’a touché), à observer ces êtres qui nous sont extraordinairement proches. Je crois que c’est ça qui est le plus troublant, cette proximité avec nous les humains, cet effet miroir… On assiste un peu en voyeur à une vie de famille, avec les petits qui jouent, qui embêtent le vieux grand-père, qui lui-même paraît s’ennuyer un peu, semble compter ses doigts, puis recompte… s’allonge sur le dos, laisse les petits jouer, puis, d’un coup se lève, ça suffit !

Le contraste est énorme entre leur totale indifférence à notre présence et l’excitation et l’intérêt du petit groupe de touristes que nous formons, l’œil rivé sur nos appareils photos et téléphones portables…

Un peuple qui inspire le respect

Pendant tout notre séjour au Rwanda, nous étions accompagnés par une équipe locale francophone, Mansuet, notre guide, et Jean-Claude, chauffeur-guide. Et parfois Charles, le responsable de l’agence. Grâce à eux, nous avons vraiment pu communiquer, échanger, et mieux comprendre le Rwanda et ses habitants, car, même si le français et l’anglais sont langues nationales, elles sont surtout parlées à Kigali, et le sont moins dans les campagnes.

D’où tout l’intérêt d’avoir avec nous nos guides-interprètes, avec qui toutes sortes de conversations ont été librement abordées, sans tabou…

Ceci étant, les gens croisés sur les chemins, dans les villages, sont tous extrêmement souriants et ouverts au contact et à la discussion, sans parler des enfants, qui viennent à notre rencontre par bandes en criant “Muzungu”, “des blancs !!!”.

Vincent Fonvieille

Car il faut préciser que les blancs sont rares dans les collines rwandaises, et que l’arrivée d’un petit groupe d’occidentaux est un véritable événement. Il l’est d’autant plus, et d’autant mieux accueilli, avec beaucoup de bienveillance, que l’on arrive à pied, en prenant notre temps…

En tous cas, nous nous sommes sentis partout accueillis en ami, et jamais nous n’avons ressenti d’hostilité ou même d’indifférence à notre égard…

Le sentiment général est celui d’un peuple bienveillant et fier, qui relève la tête, un peuple qui inspire le respect.

Le Rwanda, destination pour marcheur curieux

Comme tous les voyages de La Balaguère, cette destination s’adresse à tout marcheur curieux, en quête de beaux paysages, et prêt à faire de belles rencontres…

Il n’est pas nécessaire d’être un grand sportif, il s’agit de journées de 4 à 6 heures de marche tranquille, avec des dénivelés modestes (de 200 à 400 mètres par jour).

Seule l’ascension du Mont Bisoké, (qui n’est pas obligatoire) se mérite (1200 mètres de dénivelé), mais ça vaut largement la peine…

Les hébergements sont très corrects et très accueillants. Et très propres, nous sommes au Rwanda.

Agréable toute l'année et plus propice à la petite saison sèche

On peut aller au Rwanda pratiquement toute l’année, car le climat y est agréable toute saison. Toutefois, nous ne programmerons pas la saison des pluies, de mars à mai.

De juin à septembre, c’est l’été, la grande saison sèche. Les températures sont agréables, jamais étouffantes, mais très sèches. Le ciel est cependant souvent couvert.

De fin septembre à décembre, c’est la saison humide (ou petite saison des pluies). Les précipitations y sont peu abondantes, laissant de belles places au soleil. Contrairement à la saison sèche, le ciel est souvent dégagé d’un beau bleu.

De mi-décembre à fin février, c’est la petite saison sèche, très propice à la découverte.

Toutes nos randonnées au Rwanda

Président de La Balaguère et voyageur passionné

Autres articles

Nos guides Mauritaniens viennent à votre rencontre en octobre !

La Balaguère vous invite à 3 soirées exceptionnelles contes & projection-diaporama sur le thème de la Mauritanie animées par nos guides Mauritaniens et Vincent Fonvieille (président de La Balaguère).

Rencontre avec Martine : la Mauritanie, un pays fabuleux auquel je suis très attachée

J'ai découvert la Mauritanie par hasard, en partant avec La Balaguère. Après y avoir fait 3 treks et noué des relations d'amitié très fortes avec des mauritaniens, j'y suis retournée tous les ans, seule, en voiture. Je suis toujours accueillie à bras ouverts. Là-bas, les gens nous attendent. Ils attendent le retour du tourisme, ils ont hâte de retrouver la vie, le contact, de retrouver de quoi vivre et de quoi être, de quoi partager.

Le mot de Vincent Fonvieille : retour en Mauritanie

La Mauritanie a été pendant dix ans, entre 1997 et 2007, LA destination saharienne majeure. Paysages sublimes, dunes à l’infini, canyons, villes de sables, oasis de verdure nichées entre sables blonds et grès noirs… Pour La Balaguère, la Mauritanie n’est pas un pays comme les autres... il faut aller en Mauritanie, c'est le moyen le plus simple de pratiquer un tourisme solidaire. Nos guides vous attendent, Awelwat, Moïchine, Boula, Mahmoud Aïdoud, Sid-Ahmed, Saleh…

Suivez-nous