Anecdotes et légendes du Kirghizistan

08 janvier 2014

Petite anecdote lors d'une randonnée

En arrivant au bord du lac Song-Koul (3016 m) afin de faire découvrir les traditions nomades, l'habitat traditionnel et un lieu d'estive privilégié, notre mini-bus s'arrête à coté de notre yourte d'accueil et nos amis Suisses refusent de sortir du véhicule. Lorsque nous avons demandé pourquoi ce refus de venir découvrir la yourte et déguster le koumis, ils nous ont simplement montré les bouquets d'edelweiss dans lesquels le véhicule était garé et refusaient de marcher sur ces fleurs trop rares. Il nous a fallu un bon moment pour les rassurer et leur expliquer qu'en cette période tous les pâturages au bord du lac sont couverts de ce tapis d'edelweiss et que le seul moyen pour ne pas rester durant deux jours et deux nuits dans le véhicule était de descendre et marcher sur ces belles fleurs.

Edelweiss

La légende de Santach

Au nord est d'Issik-Koul se dresse le col Santach. L'attention est attirée par deux monticules, un grand et un petit, de formes bizarres.

Jadis, le pays était habité par un peuple fort nombreux. Il y avait souvent à faire la guerre. Un jour, avant de partir en campagne, le capitaine aligna son armée et ordonna à chaque guerrier de prendre une pierre dans la main. En traversant la vallée, les guerriers jetaient leur pierre. C'est ainsi que s'éleva un monticule.

Une année s'écoula. Le capitaine revint avec son armée dans ses terres. Il vit le col si familier et le grand monticule de pierres. Alors il ordonna à ses guerriers de prendre de nouveau une pierre dans la main et de la jeter non loin du grand monticule.

Nombre de guerriers n'étaient pas revenus de campagne, c'est pourquoi le second monticule fut si petit.

Depuis ce col parte le nom de Santach, ce qui signifie pierres décomptées.

D'ailleurs ces pierres, il est inutile de les compter, car on voit d'un coup d'œil combien de jeunes vies ont été emportées par cette guerre. Comme par toute guerre.

Découvrez nos treks au Kirghizistan

Autres articles

30 septembre 2019

Le Kirghizistan, un voyage à couper le souffle

J’ai eu l’occasion de beaucoup voyager et, pour moi, ce voyage a vraiment été l’un des meilleurs, hors du temps, avec un dépaysement total. Je n’ai qu’une envie, c’est d’y retourner ! Ce petit pays encore peu connu est une destination montagne à part entière, mais pas seulement. On y marche entre 2500 et quasiment 4000 mètres d’altitude. A 4000 mètres, on est encore dans les estives, là où viennent paître les troupeaux de moutons, chevaux ou yacks. La vue, elle, porte sur les sommets qui atteignent pour certains quasiment 7000 mètres d’altitude. C’est grandiose !
06 février 2019

Le Kirghizistan, entre multiculturalisme et univers nomade

Le Kirghizistan s’enorgueillit d’être façonné par deux immenses chaines de montagnes, le Pamir et Les Tian Shan, comportant des sommets culminant à plus de 7000m ; ajoutons un air de Mongolie, une myriade d’ethnies (environ 80) brassées par les vagues de migrations successives, et une touche occidentale léguée par la proche Russie. Et n’oublions pas une terre enrichie culturellement par le passage de la Route de la Soie !
13 janvier 2016

Carnet de voyage de Kirghizistan

Nous sortons du canyon et débouchons sur de larges pâturages, estives pour de grands troupeaux de moutons et de chèvres. Les yourtes font leur apparition. Nous évoluons dans un paysage de carte postale : vertes prairies vallonnées, troupeaux de chevaux et cavaliers, yourtes blanches contrastant sur le tapis de verdure, et les glaciers de 4000m s'ordonnent en fond du décor.
Contactez-nous
05 62 97 46 46
Suivez-nous