A la découverte des merveilles de la Cantabrie

En tant que linguiste et bon fils de gallois, j’ai toujours été attiré par les régions espagnoles, avec leurs langues et leurs identités, tellement différentes du stéréotype espagnol des toréros et du flamenco.

Quand j’habitais en Espagne, la Galice, les Asturies, le Pays Basque, le nord de l’Aragon et la Catalogne étaient mes terrains de jeu préférés. La Cantabrie n'était restée qu'un lieu de passage entre les Asturies et le Pays Basque. Mais quel malheur ne pas l’avoir découverte plus tôt dans ma vie, et quel bonheur que La Balaguère m’ait proposé d’aller la découvrir afin d’y encadrer des randonnées !

La Cantabrie, aux merveilles insoupçonnées

« De Bilbao à Santander, Montagnes et Océan de Cantabrie » est un circuit qui est parfois décrit comme le « Connemara espagnol ». En effet, cette section de la côte nord fait partie de l’Espagne Verte, qui s’étend des Pyrénées jusqu’en Galice en passant par les Pays Basque, la Cantabrie et les Asturies.
La verdure vient du fait que les fronts actifs arrivant de l’océan Atlantique sont bloqués par la chaîne cantabrique, continuation géologique des Pyrénées.
Ces montagnes atteignent plus de 2500m et nous servent de toile de fond tout au long du séjour.

Au printemps et au début de l’été, les sommets sont encore enneigés et c’est peut-être la plus belle saison pour effectuer cette randonnée.
Beaucoup de madrileños arrivent sur la côte en été pour échapper aux fortes chaleurs de la Meseta. Depuis la mer, le panorama sur les montagnes est spectaculaire. La Balaguère y propose d'ailleurs deux randonnées : « Le Tour des Picos de Europa » et « Picos de Europa, découverte en douceur des Asturies ».

Le déroulement de notre randonnée

Notre séjour « De Bilbao à Santander, Montagnes et Océan de Cantabrie » démarre à Bilbao (au Pays Basque !) et se poursuit en Cantabrie. Nous arrivons rapidement à Castro Urdiales, avec son église-forteresse surprenante, rongée par l’air marin.

Castro Urdiales

Au fil des jours, on longe la côte à pied et en véhicule en découvrant les endroits les plus étonnants de cette côte verdoyante. Parfois les randos sont en boucle et l’accompagnateur doit aller chercher le véhicule avec un taxi à la fin de la journée. Souvent on termine à côté d’une plage, permettant de se rafraichir dans les flots avant le transfert à l’hôtel.

Le troisième jour on découvre les Ojos del Diablo (les Yeux du Diable), deux énormes arches calcaires sur un sommet au bord de la mer qui abrite la plus grande colonie maritime de vautours fauves d'Europe. L’endroit est spécial car l’accès est trop difficile pour la plupart des touristes.
Notre groupe est donc très souvent seul sur les lieux et tout le monde est enchanté !

Mes randonnées préférées sont celles qui sont juste avant et juste après Laredo (on y dort dans un hôtel où le nouveau Roi de l’Espagne a séjourné quand il était encore le Prince des Asturies !). 

Le quatrième jour, on prend un petit bateau pour traverser le joli estuaire de Santoña avant de partir en quête du Faro del Caballo, un phare au bout du monde avec presque 700 marches pour y descendre, taillées à l’origine par des prisonniers de l’ancienne prison de Santoña. Aujourd’hui, il est connu dans toute l’Espagne. S’il fait beau, il est possible de s’y baigner (mais seulement pour les très bons nageurs !). La remontée des marches peut être un défi pour certains mais ça vaut le coup. Et pour récompenser l’effort, on goûte aux célèbres anchois de Santoña, un vrai délice !

Faro del Caballo

Le cinquième jour de la randonnée, on fait un crochet pour aller visiter le monde bucolique et agricole de la montagne cantabrique orientale. Par temps clair, on peut voir l’océan et les Pics d’Europe en même temps ! 

La cuisine de la région combine le poisson avec l’agneau des montagnes, et on y trouve le meilleur de la cuisine basque et asturienne : donc pas mal de bons fromages du pays, piments et marmitako (plat à base de thon, patates et piment) arrosés avec du cidre brut.

Si on se fie au titre du séjour, on peut croire que le circuit termine à Santander mais en fait c’est beaucoup mieux que ça ! Le dernier jour on arrive à pied à Santillana del Mar, inscrit parmi les « plus jolis villages de l’Espagne ». L’année prochaine, La Balaguère a décidé d’inclure la visite des Grottes d’Altamira toutes proches, mondialement connues comme la « Chapelle Sixtine de l’art rupestre ».

Santillana del Mar

Un circuit pour tous marcheurs

La randonnée « De Bilbao à Santander, Montagnes et Océan de Cantabrie » a un niveau 2 chaussures avec des dénivelés allant jusqu’à 600m. Mais sauf les zones karstiques, le terrain est en général très facile.
Ce circuit s’adresse à tous les marcheurs ayant un minimum de forme physique. Et le mieux si l'on a l'occasion, c’est de rester plus de temps dans la région en combinant le séjour avec celui des Pics d’Europe ou avec le « Zumaia-Bilbao, la traversée de la Côte Basque ». 

Découvrez toutes nos randonnées en Cantabrie et dans les Pyrénées espagnoles.

Autres articles

Ma première rencontre avec les Picos de Europa

Lorsque j’étais jeune accompagnateur, les Picos de Europa me faisaient fantasmer. Les cartes étaient rares. Un jour, j’ai mis le cap à l’ouest. Ma première rencontre avec le Naranjo de Bulnes m’a fait un effet boeuf. Le moins qu’on puisse dire est qu’il en impose !

Carol, de retour de notre réveillon gourmand Collioure - Banyuls

Depuis quelques années j'apprécie en particulier les séjours de randonnée organisés en petit groupe avec un guide à la découverte de régions que je ne connais pas. J'apprécie la convivialité des pique-niques dans la nature et les dîners au restaurant en goûtant des spécialités locales. J'avais envie de retrouver la douceur et le soleil du sud de la France en cette période de l'année et revoir la mer. Collioure est un vrai bijou et il faut dire que le menu de réveillon et le feu d'artifice m'ont aussi fait choisir ce voyage.

Les montagnes enneigées, des paysages inspirants

La marche à raquettes procure une impression d’harmonie brute avec la nature. C'est une rencontre avec soi-même. La montagne n’est plus la même quand elle est recouverte par le manteau neigeux, c'est un monde féérique. Une inspiration pour les sens.

Suivez-nous