Agnès et sa famille, de retour du lac de Constance à vélo

Les vacances en famille, c'est toujours un peu compliqué, surtout pour nous, Lac de Constance en famille
qui sommes ce que l'on pourrait appeler de "vieux parents" avec un dernier adolescent de presque 17 ans, qui bien-entendu n'avait aucune envie de partager nos congés d'été. Nous aimons bien la randonnée, le canoé, la découverte de nouveaux lieux, et pas forcément la fréquentation d'espaces bondés de jeunes, ou les plages noires de monde.
 Alors, nous avons trouvé avec la Balaguère, un compromis idéal, car le mode VELO, original, a été adopté par notre ado plutôt exigeant, et c'est à l'unanimité que notre choix s'est porté sur Le Tour du lac de Constance en 7 jours... La Balaguère s'occupe de réserver l'hébergement, nous propose une trame intéressante de circuits, et c'est franchement cool.

L'aventure est à côté de chez nous, et l'évocation seule du nom" lac de Constance"  nous a semblé assurer un dépaysement complet avec une culture différente, une histoire foisonnante de poésie, plusieurs langues et 3 pays à traverser... Mais la simple idée de découvrir ces nouveaux espaces, en pédalant, côte à côte, ou en file indienne, en s'amusant et surtout à notre rythme nous a tous emballé. C'est un périple ouvert à tous, petits et grands, pas besoin d'être un grand sportif, pas de performance, juste le plaisir de partager en pédalant, en ouvrant grands ses yeux.

Notre circuit a débuté à Constance dans la fournaise de ce mois d'août, avec une découverte de la vieille ville, et sa présence dominante sur le lac. 
Qu'il a été bon de se rafraîchir dans cette eau limpide et fraiche, incroyablement propre après la visite de l'ile de Mainau et la magnifique serre aux papillons, premier contact tonifiant dans ce lac interminable, où l'on devine les contours, à l'horizon, loin, très loin, ou bien stoppés nettement par les  sommets alpins, enneigés pour les plus hauts. 
Quel bonheur d'arriver dans des hôtels où notre hébergement est réservé, et nos bagages arrivés, ce fut un premier jour bien agréable.
Puis nous avons pris le bateau pour traverser le lac dans sa petite largeur, nous avons fait plusieurs arrêts pour prendre des photos, nous rafraichir.

Cité lacustre des palafittes

Nous avons adoré les cités lacustres des palafittes, où l'on part à la recherche des origines de l'homme, puis l'arrivée à Meersburg... surprenante... ce village médiéval parfaitement conservé avec son chateau dominant la cité est extraordinaire. Là, nous avons dormi au coeur même de la cité historique, grand moment de bonheur.
Le périple continue avec la même joie et la même envie de regarder, de connaître... de comprendre les constructions des dirigeables avec le musée Zeppelin et la visite de ce monstre reconstitué, musée unique, à Friedrischafen, puis rencontre mémorable et inattendue avec quelques cigognes en migration.

Cigogne

Nous goûtons à la cuisine locale, plutôt riche et copieuse, et dégustons quelques poissons du lac.
Notre voyage finalement passa en un éclair, chaque jour un peu sportif, un peu culturel, très gourmand.

Pour nous qui avons découvert La Balaguère, c'était comme un voyage, un peu hors du temps, surtout  à notre rythme, où nous avons alterné les pauses et les balades, sans jamais perdre de vue  cette mer intérieure nimbée d'une lumière reposante.

Lac de Constance

Notre prochain voyage, en vélo avec La Balaguere, c'est l'été prochain, ou peut être même avant, bien plus au nord, au pays des châteaux écossais et des grandes landes balayées par le vent... Juste le temps de peaufiner notre anglais !!

Le lac de Constance en famille ou Tour du lac de Constance à vélo
Tous nos voyages à vélo
Comment est choisi le voyageur du mois

Autres articles

Anne, de retour d' Islande, "au pays des elfes et des trolls"

Ces 3 lieux sont des endroits marquants mais bien évidemment il faudrait aussi raconter la splendeur des cascades aux flux puissants (Godafoss, Dettifoss, Gulloss, …), les autres glaciers, la beauté des montagnes enneigées bordant l’océan vers Husavik, la sérénité des petites chapelles, les lupins violets, les chevaux islandais, les moutons et tous les oiseaux si faciles à observer… Bref 12 jours c’est court, (on regrette de ne pas rester plus dans certains lieux propices à la rando) mais suffisant pour avoir un vrai coup de cœur pour cette île si particulière !

Fabrice, son récit de voyage "Picos de Europa, raquettes dans les Asturies et la Cantabrie''

A l'arrivée du téléphérique à Fuente Dé nous sommes accueillis par des isards qui filent et doivent bien rigoler en nous voyant chausser nos raquettes. La balade est incroyable, nous longeons des lacs gelés qui se sont affaissés et craquelés sous le poids de la glace car l'eau s'infiltre dans la roche calcaire. La neige est zébrée du sable du Sahara qui a recouvert l'Espagne et la France les jours précédents. Nous voyons également le refuge Véronica, petit refuge "boite de conserve", vestige d'un porte avion venu s'échouer en altitude.

Hierro aux Canaries : un contraste de couleurs et de paysages merveilleux

Nous débutons notre séjour avec une jolie randonnée dans le parc national du Teide, un bel aperçu de toute sa richesse et sa beauté. Une dizaine de kilomètres entre champs de lave, pins, espèces endémiques,... un contraste de couleur tout au long de la journée et toujours avec vue sur le Teide. Nous logeons ensuite 5 nuits au centre de l’île de El Hierro, un point de chute bien choisi pour randonner chaque jour à la découverte de sa grande diversité. Des courts transferts sont prévus pour nous amener chaque jour à un départ de sentier, et nous permettre de découvrir plusieurs facettes de l’île. A chaque randonnée, nous profitons de l’océan à perte vue !
Contactez-nous
05 62 97 46 46
Suivez-nous