Le magazine de la randonnée et du voyage à pied

24 octobre 2018
Le circuit est conseillé aux personnes désirant partager la randonnée, les paysages grandioses et les visites culturelles des principales villes d...
La nature mongole encore intacte offre un environnement naturel et silencieux loin des traditionnelles routes touristiques. Les immenses steppes et le désert de Gobi en sont les principaux attraits. On marche en compagnie des nomades et de leurs animaux : yacks, chevaux, chèvres et moutons. On y ressent un vrai sentiment de liberté !
Partir du Liban pour marcher la dernière section du chemin français de Compostelle, c’était le rêve qui m’accompagnait depuis plus d’une quinzaine d’années. Le chemin, avant tout, c’est la compagnie. Que de rencontres sur ce vieux chemin, des pèlerins de toutes nationalités portant chacun le sourire sur le visage et personne ne sait ce qu’ils cachaient ni dans le cœur ni dans le corps, mais ils avançaient, comme si le monde entier progresse sur le « camino ». Croyant ou pas, on ne peut qu’expérimenter la force de la prière, de la méditation ou toute autre exaltation pour se recueillir et continuer cette marche qui va au-delà du chemin pour se prolonger à l’intérieur de soi vers ce chemin profond que chacun de nous tente de retrouver.
Les premières heures de marche vers le pic du Mondarrain et le pique-nique face aux Pyrénées et plus loin l'aperçu de l'océan atlantique nous ont conquis, et le groupe s'est formé sous le signe de la bienveillance, du respect de l'autre mais aussi l'ouverture les uns aux autres. Après une première journée de marche et une petite visite d'Espelette, nous avons été accueillis, installés à l'hôtel et enveloppés dans un cocon de bien être grâce au yoga.
L'évocation seule du nom" lac de Constance" nous a semblé assurer un dépaysement complet avec une culture différente, une histoire foisonnante de poésie, plusieurs langues et 3 pays à traverser... Mais la simple idée de découvrir ces nouveaux espaces, en pédalant, côte à côte, ou en file indienne, en s'amusant et surtout à notre rythme nous a tous emballés. C'est un périple ouvert à tous, petits et grands, pas besoin d'être un grand sportif, pas de performance, juste le plaisir de partager en pédalant, en ouvrant grands ses yeux.
Au Cambodge vous serez particulièrement bien accueillis ! On l’appelle le pays du sourire et ce n’est pas à tort. Pour faire découvrir la vie locale, j’aime beaucoup aller au Tonle Sap. C’est un site incontournable du Cambodge avec sa vie sur l’eau et l’activité de la pêche. Ce lac est le plus grand réservoir d’eau douce de toute l’Asie du Sud-Est, avec des petits villages flottants ou sur pilotis.
Plus encore qu'un voyage dans l'espace (et pourtant, quels paysages ! Quelle végétation endémique ! Quelles gorges splendides !), c'est le voyage dans le temps qui m'émeut. Au jour 4, après avoir suivi un magnifique sentier en balcon, nous pique-niquons dans une forêt de pins et découvrons peu après ce que, un certain Paul a dû découvrir lui-même voilà 2000 ans : une crique au pied d'une falaise abrupte, une plage de galets, quelques touches de végétation auxquelles la civilisation a juste ajouté un petit bateau, et 2 petits bâtiments. Un bout du monde quasi éternel sous le soleil, léché par l'eau turquoise.
Le Canada est le terrain de jeu idéal pour les amoureux de nature sauvage et de grands espaces, qui conviendra parfaitement aux randonneurs et aux cyclistes, petits et grands. C’est également une destination idéale en famille, car elle permet de partager des moments inoubliables entre sortie en canoë, kayak, vélo, rando, via ferrata, et observation des animaux... Sans oublier l'accueil et la gentillesse des québécois.
On s’est penché sur les 20-40 ans et leurs envies d’aventure, de mouvement, d’échange avec le monde qui nous entoure et ceux qui y vivent. Certains sont déjà de vrais globe trotteurs mais nous n’avons pas tous l’âme d’Alexander Super-Vagabond, seul avec son sac et sa pomme. « Hapiness only real when shared » a-t-il écrit dans ce fameux bus 142. C’est vrai que c’est quand même vachement plus sympa de voyager à plusieurs. On fait des rencontres (parfois même LA rencontre) et surtout on partage ces moments de vie uniques qui font la magie des voyages.
La Pâque est la fête religieuse la plus importante et la plus émouvante de Grèce. Durant toute la semaine sainte, les grecs orthodoxes se préparent aux festivités du dimanche pascal, qui vient clore les 40 jours de jeûne et fêter la résurrection du christ, une journée sous le signe de la fête et de la gastronomie.
La forêt est incroyable. A Madère, c'est la plus grande qui subsiste actuellement et elle est primaire à 90%, avec un ensemble unique de plantes et d'animaux ! J'aime y pénétrer et laisser aller mon imagination : on se retrouve vite au temps des dinosaures. Et toute l'année, c'est une profusion de fleurs, de plantes, de fruits et de légumes dans une nature exubérante.
Avec La Balaguère on visite la très belle région vinicole de Kakhétie à côté de l'Azerbaïdjan. J'aime beaucoup car on y découvre le complexe monastique de David Garedja, taillé dans la roche dans une zone désertique. C'est une très belle randonnée. La culture et le spirituel sont des éléments très importants chez nous, avec beaucoup d'églises anciennes, dont certaines datent du 6ème siècle. En Géorgie, la religion est assez présente et les populations sont très respectueuses.
J’aime m‘extasier avec les voyageurs, et à chaque randonnée, je me plais à prendre des photos, à m’étonner, à remarquer de nouveaux détails, de nouvelles couleurs. Je ne me lasse jamais de voir ces beaux paysages du Monténégro.
J'aime beaucoup faire visiter les villes anciennes de mon pays qui était le carrefour de la Route de la Soie. Mais les villages et les montagnes sont également incontournables. Faire une randonnée dans le massif des Monts Nourata au nord de Samarcande, découvrir les monts Zérafshan au sud de Samarcande ou bien faire un trek dans les Monts Fanskiys au Tadjikistan, c'est superbe.
Chaque soir et chaque matin l’équipe est à nos petits soins : thé après montage, dîners remarquables, petits déjeuners de galettes chaudes, de crème de patate douce. Lorsqu’ils ont fait du pain dans la braise sableuse, que nous avons poursuivi la soirée avec leurs chants, dans un ciel sans pollution et dans le voile laiteux de la pleine lune… la vie vous récompense des choses les plus simples. La soirée c’est le scénario que chacun construit. L’overdose de thé vert à la menthe a semble-t-il libéré nos esprits parce que ça fuse : les bons mots, les histoires improbables, les contes…, les gens se déverrouillent.
Mes randonnées préférées sont celles qui sont juste avant et juste après Laredo (on y dort dans un hôtel où le nouveau Roi de l’Espagne a séjourné quand il était encore le prince des Asturies !). Le quatrième jour, on prend un petit bateau pour traverser le joli estuaire de Santoña avant de partir en quête du Faro del Caballo, un phare au bout du monde avec presque 700 marches pour y descendre, taillées à l’origine par des prisonniers de l’ancienne prison de Santoña.
Chaque année depuis des milliers d’années, la dernière pleine lune d’octobre donne place pendant 2 jours à une grande fête, qui fait briller de mille feux tout le Laos. Cette année, elle aura lieu le 24 octobre 2018.
Véritable jardin d’épices à ciel ouvert, le Kerala est un condensé de senteurs, de couleurs et de saveurs. Les habitants sont joyeux et très souriants. J’ai particulièrement apprécié le spectacle traditionnel de Katakali et j’ai fondu de plaisir au massage ayurvédique (véritable soin du corps et des cheveux).
Des gens toujours souriants, accueillants, dignes, unis et apaisés... Et de nombreux moments marquants avec notamment la rencontre des gorilles de montagne. C’est fascinant, de se retrouver là, à quelques mètres du groupe (je devais être à moins de 3 mètres, et la veille, une femelle m’a touché), à observer ces êtres qui nous sont extraordinairement proches. On assiste un peu en voyeur à une vie de famille, avec les petits qui jouent, qui embêtent le vieux grand-père, qui lui-même paraît s’ennuyer un peu, semble compter ses doigts, puis recompte… s’allonge sur le dos, laisse les petits jouer, puis, d’un coup se lève, ça suffit !

Suivez-nous