Les lacs d'Oô, Espingo et Saussat - Luchon

© BLEGENT Julie

La Vallée d'Oô, au caractère montagnard bien trempé


La vallée proprement dite commence au village d’Oô (968m) puis s’élève en paliers agrémentés de lacs (Oô, Espingo, Saussat et le Portillon) jusqu’à la célèbre chaîne des 3000 du Luchonais culminant au pic de Perdiguère (ou Perdiguro) à 3222 m d’altitude. La Balaguère vous propose de découvrir les lacs de la vallée d'Oô : Espingo, Oô dans la randonnée accompagnée 'Luchon, randonnée confort dans le royaume des géants' ou en liberté 'GR10 - Luz St-Sauveur - Bagnères de Luchon (5ème partie)'.


Un chemin de transhumance


La route s’arrête aux granges d’Astau 1139 m. Chaque été, à l’époque de la transhumance, les moutons viennent se faire bénir à la chapelle. Tout donne à penser que les placides ovins n’en ont cure mais que c’est surtout le berger qui a envie de voir revenir ses gigots !


Des itinéraires pour tous niveaux de randonnée


Le regretté Georges Veron, père spirituel de la HRP (Haute Randonnée Pyrénéenne) décrit cette vallée comme un itinéraire pédagogiquement idéal, apte à satisfaire tous les niveaux : Oô et les granges d’Astau pour les touristes ne s’éloignant pas ou peu de leur voiture, le lac d’Oô pour les marcheurs débutants et les familles, (doux euphémisme pour ne pas dire super fastoche), Espingo pour les randonneurs, le lac du Portillon pour les randonneurs plus confirmés et les 3000 enneigés pour les pyrénéistes aguerris.


Ainsi, suivant l’endroit où il s’arrête, chacun peut à loisir étalonner son niveau, mesurer ses progrès ou pleurer sur son état de décrépitude.


Les granges d’Astau 1139 m sur le chemin du GR10


L’auberge d’Astau, servant aussi de refuge, voit débouler les randonneurs du GR10 en provenance de Loudenvielle par le vallon d’Esquierry réputé pour sa flore.

De là, ils auront le choix entre dormir à Astau ou s’avancer pour l’étape du lendemain. Il leur faudra alors pousser jusqu’au refuge du lac d’Oô voire celui d’Espingo. Ensuite, ils poursuivront le GR10 en rejoingnant le Céciré et Superbagnères avant de descendre jusqu’à Luchon.


Le lac d’Oô (1504 m)


Avant de prendre le nom du village, il était appelé lac de Séculéjo. La racine Oô viendrait du gascon « iu » signifiant lac que l’on retrouve dans lac d’Ilhéou à Cauterets ou le lac de Liou au pied du petit pic d’Ossau. Des granges d’astau, l’itinéraire balisé en rouge et blanc aux couleurs du GR10,  s’élève doucement à flanc de montagne par un chemin large et confortable. Plus haut dans le bois, la pente s’accentue. L’arrivée au lac d’Oô est un ravissement. Tous les regards convergent immanquablement vers le fond du cirque où la cascade issue des neiges éternelles se précipite en un seul bond de 273 m.

Au 19°siècle, en plein boom romantique, tout le beau linge de Luchon venait fréquenter la modeste auberge au bord du lac. La plupart y montaient à cheval, peu à pied comme on le fait aujourd’hui. D’aucuns n’hésitaient pas le placer le lac d’Oô au troisième rang des sites pyrénéens les plus visités après Gavarnie et le lac de Gaube. A l’époque il fallait s’acquitter d’un péage de 25 centimes pour accéder au lac et débourser 50 de mieux pour louer une barque. Le randonneur moderne plus enclin à l’effort pousse souvent plus haut vers les lacs d’Espingo, voire du Portillon pour les plus courageux.


Le refuge d’Espingo 1997 m


Accéder au refuge d'Espingo nécessite une heure de marche supplémentaire depuis le lac d’Oô. Ce qui signifie moins de monde car le tri est déjà fait.

Ceux qui choisissent d’y passer la nuit peuvent occuper leur fin d’après midi à trainer leurs guêtres vers le lac Saussat au pied du pic des Spigeoles, moyennant une marche d'une trentaine de minutes pour aller au lac.

En regardant de plus près le pic des Spigeoles, sa face d’aspect imprenable est barrée par une belle cheminée de 350 m de haut se terminant par un surplomb. Connue sous le nom de « grand dièdre de Spigeoles » elle a été gravie pour la première fois en 1947 après deux tentatives inachevées. Cette voie d’une élégance rare est devenue au fil des ans une grande classique du pyrénéisme. Son succès ne s’est jamais démenti.


Le refuge du Portillon 2570 m


Pour y arriver, il faut se la gagner. Avec ses 4 heures de marche bien tassées, c’est un des refuges, le plus éloigné du fond de la vallée. Pour les montagnards qui l’ont connu, le vieux refuge du Portillon aménagé dans un ancien bâtiment de chantier datant de 1936 manquait de confort mais pas de charme. Il a été remplacé en 1995 par une nouvelle construction plus fonctionnelle. Le refuge du Portillon garde l’accès des Gourgs Blancs 3129 m, du Perdiguères 3322 m et aux Crabioules 3116m.

C’est aussi une étape reine de la HRP (Haute Randonnée Pyrénéenne) en provenance du refuge de la Soula par Caillaouas.


Toutes nos randonnées dans le luchonnais

Un article de Gérard Caubet

Autres articles

© FOTOLIA / tux04 / Gilles Ehrmann

La vallée du Marcadau et le miracle de la Grande Fache

La vallée du Marcadau est une promenade obligée pour tout randonneur de passage à Cauterets. A la splendeur du paysage f...

© artepicturas - stock.adobe.com

La marmotte des Pyrénées

Mon grand oncle berger ne m’avait jamais parlé de marmottes. Off course ! De son temps il n’y en avait pas. Les marmotte...

Rencontre « bec à nez » avec un vautour dans les Pyrénées – La Balaguère

Au cours du séjour « Rand’eau & tapas en Sierra de Guara » dans les Pyrénées espagnoles, nous sommes tombés nez à ne...

Livre Étonnantes Pyrénées | La Balaguère

Gérard Caubet, l’un des précurseurs du métier d’accompagnateur en montagne, a troqué ses chaussures contre sa plume pour...