Saint-Jacques de Compostelle, enfin !

14 juin 2018

L’arrivée à saint Jacques de Compostelle est toujours un moment d’intense émotion assortie de nombreux rituels. Pour arriver en pèlerin il faut avoir fait au moins 100 km à pied à cheval ou à vélo.

Il existe plusieurs façons d’arriver à Saint Jacques

Train, voiture, avion, etc. De toutes, c’est à pied ou à vélo que se savoure la joie d’atteindre le but convoité.

Camino francés, via de la Plata, camino Portugés, Ruta del Mar, camino Inglés, camino del Norte, camino primitivo, tous ces chemins dessinent sur la carte une immense toile d’araignée dont Santiago est le centre.

 

Au fur et à mesure que l’on approche, le flot des marcheurs s’intensifie. Mais au milieu de la foule chacun marche seul avec lui même. Dans les yeux de tous brille l’étoile de Compostelle.

Le premier exercice obligé est de se faire photographier devant le panneau Santiago. Ceci fait s’ensuit la traversée des faubourgs avant d’arriver au quartier historique où trône la cathédrale.
Son style exubérant, est qualifié par les spécialistes de « baroque churrigueresque » en référence à la famille des sculpteurs churriguera de Salamanque. Qu’on aime ou pas, elle ne laisse pas indifférent.

Et enfin, le "Kilomètre 0"

Avant toute chose, il convient d’aller mettre son pied au "Kilomètre 0" situé au milieu de la Place del Obradoiro, juste en face de la cathédrale. Il symbolise la fin du pèlerinage et le point d'arrivée de tous les chemins. Le geste est fort et chargé d’émotions. Parfois des larmes perlent sur les visages burinés. Les mémoires garderont à jamais gravées le chiffre magique du kilométrage parcouru.

 

 

Il faut ensuite entrer dans la cathédrale de Santiago. Une imposante statue de saint Jacques surmonte le maître-autel. Après lui avoir fait l'accolade, le pèlerin descend dans la crypte. C'est là que se trouve la châsse en argent qui renfermerait les reliques de Jacques le Majeur et de ses disciples, saint Théodore et saint Athanas. Elles ont été redécouvertes en 1879 lors de travaux et authentifiées.

 

Tous les jours à 12 h c’est la messe des pélerins.
En général tout le monde y va. Il n’est pas nécessaire de croire pour y assister.

Lors de la messe dominicale a lieu de spectacle du Botifumerro.  
L’immense encensoir est balancé à toute volée au dessus des têtes par une demi douzaine de costauds en chasubles. Impressionnant spectacle, surtout quand on sait qu’il s’est détaché à 4 reprises, fort heureusement sans faire de victimes. La dernière fois, c’était en 1937.

 

Le crédentiale pour un dernier tampon

Le pélerin arrivé à pied à Santiago doit ensuite se rendre au bureau des pèlerins.
Ceux qui ont marché, voyagé à cheval ou à vélo tendent leur « crédenciale » pour y faire apposer le dernier tampon de la Cathédrale de Saint-Jacques-de-Compostelle. Les pélerins ayant parcouru au moins 100 km et donné un sens religieux à leur pélerinage peuvent demander la Compostela.

Toutes ces formalités réalisées, reste à se loger et visiter le centre historique. Inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO, il  ne manque pas de richesses à découvrir et d’achats souvenirs. L’orfèvrerie est réputée. De nombreux petits restos proposent à la carte des tapas et des spécialités galiciennes.

Vient le moment du retour. Pour la plupart c’est en train, en bus ou en avion qu’il se fera. Les inconditionnels rentreront à pied comme autrefois. Il est toujours possible de pousser jusqu’au cap Finisterre.

Toutes nos randonnées sur les chemins de Saint-Jacques de Compostelle à pied et à vélo

Accompagnateur en montagne et écrivain pyrénéiste

Autres articles

04 juillet 2019

Didier, de retour de St-Jean-Pied-de-Port à Santiago à vélo

J'ai réellement apprécié la diversité des paysages, de la plaine avec des terrains uniformes, à la montagne et différentes végétations. Lors de nos visites, les villages nous ont parus tous uniques et présentant chacun leur particularité. Parmi les sites les plus remarquables, Portomarin est particulièrement splendide. Les 4 dernières étapes furent les plus variées et intenses, magnifiques paysages, sous bois, longues descentes et superbes « parties » de VTT . Nous n'avons pratiquement pas roulé sur la route, traversant des villages déserts, profitant de l'ombre des sous bois sur des chemins toujours bien entretenus.
15 octobre 2018

Raymond, voyageur : Sarria – Santiago, un rêve qui se réalise !

Partir du Liban pour marcher la dernière section du chemin français de Compostelle, c’était le rêve qui m’accompagnait depuis plus d’une quinzaine d’années. Le chemin, avant tout, c’est la compagnie. Que de rencontres sur ce vieux chemin, des pèlerins de toutes nationalités portant chacun le sourire sur le visage et personne ne sait ce qu’ils cachaient ni dans le cœur ni dans le corps, mais ils avançaient, comme si le monde entier progresse sur le « camino ». Croyant ou pas, on ne peut qu’expérimenter la force de la prière, de la méditation ou toute autre exaltation pour se recueillir et continuer cette marche qui va au-delà du chemin pour se prolonger à l’intérieur de soi vers ce chemin profond que chacun de nous tente de retrouver.
05 juillet 2016

Le Camino Francès

Le Camino Francès est inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1993. Le chemin c’est aussi la rencontre avec une grande variété de paysages. L’un des plus symboliques est la traversée de la Meseta qui s’étire entre Burgos et Léon. Les photos de ce grand plateau brûlant de soleil (en été), traine dans tous les guides touristiques.
Contactez-nous
05 62 97 46 46
Suivez-nous