Fabrice ! Tu reviens de notre randonnée 'picos de europa à raquettes', Peux-tu présenter ?

Toulousain originaire de Haute Savoie, citadin la plupart du temps mais amoureux des montagnes, de leur calme et de leur majesté.
Je n'ai pas l'habitude de voyager en groupe mais cette expérience me donne envie de recommencer.

Pourquoi as-tu choisi cette randonnée à raquettes ? A qui la conseillerais-tu ?

Les Picos de Europa font partie de la cordillère Cantabrique dans le prolongement de la chaîne des Pyrénées. C'est un massif isolé avec des sommets à plus de 2000 mètres mais à seulement 30 kilomètres de la mer, des paysages hors du commun.


Les Picos de Europa sont également réputés pour la richesse de la faune et de la flore. A défaut d'aller dans la cordillère des Andes, c'est une très belle cordillère proche de la France où l'on parle aussi espagnol. J'ai choisi cette randonnée en raquettes pour découvrir cette région en dehors des périodes d'affluence estivales. Il faut dire également que la région est connue pour être pluvieuse, la neige c'est quand même mieux que de prendre des douches froides !

Raconte-nous tes meilleurs moments et souvenirs de cette randonnée dans les Picos de Europa...

Rendez vous à Saint Jean de Luz en milieu de journée, première rencontres devant la gare des autres randonneurs et découverte de notre guide Gareth, anglo-espagno-franco- pyrénéen, qui va nous accompagner pour cette semaine. Il faut bien compter quatre heures pour atteindre Espinama. La pause à San Vincente de la Barquera fait du bien pour se dégourdir les jambes et gouter à ces premières bouffées d'ambiance espagnoles. Installation à l'Hostel Remoña et premier brieffing autour d'un vermouth offert par la Balaguère.

Le programme est un peu chamboulé par la météo et les deux premiers jours sont inversés pour nous permettre de bénéficier d'une vue sur les sommets tant que les nuages restent élevés. Pas de tour de chauffe, on attaque directement par une rando sérieuse ! A l'arrivée du téléphérique à Fuente Dé nous sommes accueillis par des isards qui filent et doivent bien rigoler en nous voyant chausser nos raquettes.


La balade est incroyable, nous longeons des lacs gelés qui se sont affaissés et craquelés sous le poids de la glace car l'eau s'infiltre dans la roche calcaire. La neige est zébrée du sable du Sahara qui a recouvert l'Espagne et la France les jours précédents. Nous voyons également le refuge Véronica, petit refuge 'boite de conserve', vestige d'un porte avion venu s'échouer en altitude. Arrivés au col nous avons la récompense de voir le Naranjo de Bulnes, la mer se cache mais se trouve juste en face de nous. Le retour est l'occasion de faire des glissades sur les fesses et de faire un exercice de secours avalanche, ce sont des oeufs de Pâques qui ont été ensevelis et qu'il faut secourir ! Mais pas le temps de trainer, on arrive juste pour attraper le dernier téléphérique !

Le deuxième jour est plus tranquille, il permet de récupérer et d'observer la nature. Au détour d'un sentier nous tombons sur un renard gris, presque argenté, qui file à toutes pattes sur la neige à notre vue. La pluie nous a épargnés pendant la matinée et le pique-nique mais nous accompagne l'après-midi. Pas de grosses difficultés, Gareth nous taille au piolet un escalier pour descendre une pente enneigée, petite séance adrénaline. Retour pour la dernière soirée à Espinama. Nous régalons tous les soirs, la cuisine est vraiment typique et généreuse, l'hôtelier, Jésus, est adorable.


Journée de transition, nous quittons le sud du massif pour rejoindre le nord et le village de Sotres. Nos affaires vont prendre la route pour nous retrouver le soir. Cette traversée nous dévoile des paysages sauvages, une église charmante au milieu des cimes qui nous entourent, des plaines balayées par le vent qui vient de la mer. Nous rencontrons un troupeau d'Isards qui ne s'effraie pas à notre passage, des chevaux, des vaches et pas de randonneurs. Encore une belle journée où nous avons l'impression d'être seuls au monde. La pluie nous rattrape juste avant d'arriver à notre nouvel hébergement.

La neige est de retour pour les deux dernières journées, encore de magnifiques paysages, des isards, un pique-nique en refuge ou sous un auvent et une visite mémorable d'une fromagerie où nous dégustons le bleu de Cabrales en compagnie de Dorita (c'est la fromagère, pas une vache si toutefois vous vous posez la question). Nous avons également visité le village de Tresviso, charmant village perdu au bout d'une route et qui domine la vallée par laquelle nous sommes arrivés le premier jour. Pas besoin de cartes, Gareth connaît le coin comme sa poche.


Comme tous les soirs, nous nous retrouvons autour d'un apéritif, pacharan pour certains, vermuth pour d'autres, afin d'échanger et passer un bon moment tous ensemble après les efforts de la journée. Le 1er avril, on a voulu nous faire croire que la route était bloquée par un éboulis et que nous devrions rester deux ou trois jours avant qu'elle ne soit dégagée, aucun problème ! Mais tout a une fin, la route du retour est enneigée car la déneigeuse n'a pas encore eu le temps de passer ce qui nous donne l'occasion de recroiser quelques vaches laissées en liberté et qui estiment que la route leur appartient. Le trajet se fait tranquillement avec plein d'images dans la tête, nous retrouvons la mer qui s'était cachée pendant tout notre séjour.
Personne n'a vraiment envie de rentrer ou de se séparer car tout s'est merveilleusement bien passé grâce à Gareth et à la Balaguère !

Pour toi, La Balaguère, c'est...

L'opportunité de découvrir en toute sérénité de magnifiques endroits, de partager ces découvertes et de s'enrichir autant de ce que l'on voit que des rencontres que l'on fait. Le slogan 'chaque pas nous rapproche' résume parfaitement ce que j'ai pu ressentir durant tout ce séjour aussi bien dans le groupe qu'avec les personnes qui nous ont accueillies.

Et ta prochaine randonnée ?

J'ai plein de destinations en tête qui me font rêver : La Corse, les pays Baltes à vélo, Grenade... Il ne reste plus qu'à trouver le temps.


Picos de Europa, raquettes dans les Asturies et la Cantabrie

Toutes nos randonnées dans les Picos de Europa

Toutes nos randonnées à raquettes


Comment est choisi le voyageur du mois

Autres articles

© FS-Stock - stock.adobe.com

Comment choisir son vélo / VTT ? | La Balaguère

Le choix d’un vélo passe avant tout par l’utilisation que vous allez en faire -ville, montagne, campagne, longues ou cou...

© Vincent Colin

La Costa Brava, côte sauvage | La Balaguère

Costa Brava signifie « côte sauvage », à cause de son littoral rocheux et découpé. Un vrai paysage de carte postale. Pui...

© Cerdanya Ecoresort

Axelle, voyageuse de retour du séjour Yoga, rando zen et spa dans les Pyrénées | La Balaguère

Ce voyage comportait tous les aspects qui m'intéressaient : découverte de nouveaux massifs, découverte du yoga, hôtel co...

© ADOBE STOCK / Yvann K

De Cauterets à Gavarnie, mes coins préférés | La Balaguère

Le plus important à ne pas manquer lors de cette randonnée en liberté, c’est le lever de soleil au sommet du Petit Vigne...

© SERANO David

La randonnée aquatique en Sierra de Guara | La Balaguère

La rando aquatique est le premier niveau du canyoning. Elle consiste à parcourir à pied le lit des canyons au plus près ...