Le massif du Carlit, un terrain idéal pour la randonnée | La Balaguère

© SERANO David

Nos circuits démarrent de la Cerdagne, vaste plateau d'altitude entouré par de nombreux sommets proches des 3000 m (Puigmal, Campcardos, Carlit, Canbre d'Ase …), et se termine en Capcir, un autre monde, plus haut en altitude, complètement différent.

Une randonnée sous le soleil de Catalogne, de lacs en lacs

Ce qui enchante les gens durant cette traversée du Capcir, ce sont les innombrables lacs que l'on croise, aussi magnifiques les uns que les autres.
Un autre point fort de la région, c'est le soleil ! Quand on vient de ce côté des Pyrénées, on a de très grandes chances d'avoir le fameux ciel bleu des Pyrénées catalanes ! Sans aucun chauvinisme, bien sûr ... Après tout, c'est bien en Cerdagne qu'il y a le plus grand four solaire d'Europe !
Sans plaisanterie, le massif que l'on traverse est du côté sud de la chaîne et subit beaucoup moins les influences océaniques. On ne s'y trompe pas, en traversant le tunnel du Puymorens, l'ambiance météo est vraiment différente : le soleil est souvent là pour nous accueillir.

En tant qu'accompagnateur, ce circuit est un de mes préférés dans les Pyrénées

Tout d'abord, on ne peut pas enlever le fait que je suis natif du pays catalan, que je vis en Cerdagne, que j'ai la chance de pouvoir admirer le sommet du Carlit en me levant le matin et que ces montagnes ont été et reste encore un fabuleux espace de jeux, de liberté, de contemplation … Forcément, j'ai donc des attaches et un ressenti particulier avec cette terre.
Ensuite, pour l'accompagnateur en montagne, je trouve que le massif du Carlit est un terrain idéal pour la randonnée car on peut facilement sortir des sentiers battus... Et j'adore ça ! Ce séjour, c'est donc un dépaysement garanti, des cheminements sauvages, où l'on peut découvrir des petits lacs perdus au milieu d'écrins de verdure... où l'on peut fouler des crêtes où seuls les animaux passent... où l'on peut gravir de beaux sommets peu fréquentés...
Bien sur, le Carlit reste le sommet le plus haut du département, donc il attire beaucoup de montagnards... Les catalans, français ou espagnol, l'adorent presque autant que le Canigou. Mais, pour lui aussi, on trouve des itinéraires secrets et on a aussi l'avantage, en étant sur place, de pouvoir partir tôt.

La traversée du Capcir avec de nombreux points de vue panoramiques

Je trouve que l'on a une belle variété de paysages tout au long de la semaine. Il y a Latour de Carol, gare internationale, sur le plateau cerdan, avec ses champs de blé et ses paysages de bocages, ses petits hameaux typiques et son histoire particulière. On s'élève ensuite à travers quelques bois de noisetiers, puis forêts de pins à crochets...
On séjourne dans de beaux villages cerdans, faits de belles maison de pierres. On croise de grandes étendues parsemées de blocs granitiques et sillonnées de bucoliques ruisseaux et torrents de montagnes.
Je l'ai déjà dit, on peut admirer aussi de nombreux lacs d'altitude ; d'ailleurs on utilise par chez nous le terme d'étang, « estany » en catalan. On gravit des sommets, tantôt granitique, tantôt schisteux. On peut parcourir une belle vallée glacière, où méandrent les eaux de la Têt, le plus grand fleuve côtier du département. On passe une nuit dans un fabuleux refuge de montagne avec une lumière du soir et du matin fabuleuse.
On arrive enfin en Capcir, avec ses petits airs de Canada... Bref, on en prend plein les yeux ! J'en passe et des meilleurs...
Mais si je dois retenir une chose, c'est que l'on a souvent et facilement des horizons très ouverts, des grands espaces, des vues panoramiques. C'est là une belle particularité de ce coin des Pyrénées.

Et un atout supplémentaire, la gastronomie catalane !

J'en mettrais certain en colère si je ne disais pas un mot sur la gastronomie catalane... Sa bonne charcuterie, ses anchois, ses « boles de picolat », son « escalibade » qui sent bon le sud, ses plats « mar y muntanya » qui mélangent les saveurs de la mer et la viande des Pyrénées, son vin rouge, son muscat de Rivesaltes …
Bref, pour conclure, il faut venir voir ça de ses propres yeux, il faut vraiment pouvoir sentir ces parfums et goûter ces saveurs propres aux Pyrénées catalanes.
Et comme on dit ici, « adéu y fins aviat »... Au revoir et surtout à bientôt !


Voir notre randonnée : Soleil de Cerdagne - Capcir en liberté.

Toutes nos randonnées dans les Pyrénées-orientales

Autres articles

© ADOBE STOCK / estivillml

10 raisons de visiter les Pyrénées | La Balaguère

Impossible de parler des Pyrénées au singulier. Elles sont plurielles par essence. L’heureux randonneur qui pourrait d’u...

© BRASIER Stéphanie

Entre Collioure et Banyuls : cocooning et douceur, maîtres-mots du circuit ! | La Balaguère

Avec l'hôtel et le spa, c'est vraiment ambiance cocooning. Et côté randonnée, « douceur » est le maître mot. Aucun effor...

Christian, voyageur de retour de Collioure - Cadaquès | La Balaguère

Randonner, c'est aussi la meilleure façon de découvrir le vrai visage d'une région, c'est prendre son temps, s’agencer s...

© Laurine Prévot

Carol, de retour de notre réveillon gourmand Collioure - Banyuls | La Balaguère

Depuis quelques années j'apprécie en particulier les séjours de randonnée organisés en petit groupe avec un guide à la d...