Les lacs du Capcir, une nouveauté à faire en famille

Je connais très bien ce coin des Pyrénées pour y avoir passé mon monitorat de ski, il y a une trentaine d’années. J’ai même failli y habiter, mais la vie en a décidé autrement. Quoi qu’il en soit, j’y reviens toujours avec plaisir et j’y ai conservé des amitiés solides.

En filant la métaphore, on pourrait dire que ce séjour est une valse à trois temps.

Les deux temps forts de la mesure sont à base de randonnée. Ils encadrent une journée détente.

La première randonnée, d’une durée de trois jours se déroule avec des ânes.

Les gosses adorent.


Tout commence par une formation sur le tas à la conduite de ces charmantes bébêtes aux longues oreilles. Vous pourrez visiter la ferme, assister à la traite et pourquoi pas embarquer sur l’âne quelques fromages à déguster sur le parcours avec un petit vin de Roussillon de derrière les fagots. L’âne est un animal intelligent. Il connaît son boulot. Pas besoin de boussole, il connaît le chemin pour l’avoir reconnu. Il faut simplement savoir qu’un âne marche à son rythme. Ce sera à vous de vous adapter et pas le contraire. On le dit têtu, je dirais opiniâtre.


Dûment formés, vous voilà partis. La première journée conduit au lac des Bouillouses en longeant les rives ombragées de la Têt. Montée d’un côté, descente de l’autre. En haut de la Têt, le lac des Bouillouses où vous dormirez est une des plus grandes retenues lacustres des Pyrénées. C’est aussi un site classé pour son intérêt paysager et écologique. Que du bonheur !

La journée détente a pour cadre les rives bucoliques du lac de Matemale et la forêt royale de la mate qui l’entoure.
Le lac de Matemale est une retenue artificielle alimentée par les eaux de l’Aude.

La base de cette journée sera le VTT.

Ils seront à votre disposition pour la journée. Vous pourrez y rajouter à loisir de la baignade de l’accro branche, des promenades à poney et plein d’autres choses encore. …Ou tout simplement du farniente Toutes ces activités sont regroupées au bord du lac. Pas besoin de prendre la voiture pour passer de l’une à l’autre. Il est bon de savoir qu’il y aussi des tables de pique-nique avec des emplacements de barbecue. Il suffit de porter sa grillade et le tour est joué.


Sur place, vous serez accueillis par Jean Luc, C’est le fils d’un copain. Je le connais depuis son plus âge. Jean-Luc est moniteur de ski et de VTT. Il vous lancera sur les parcours plus adaptés à vos envies. Il y en a vraiment pour tous les goûts. Des parcours de  2 à 3 Km  pour les pitchouns jusqu’à une boucle de 30 bornes faisant le tour de tous les villages du Capcir.

Le troisième temps est la visite des gorges de la Carança.

Elles concluent ce séjour en apothéose.


Pour commencer, vous prendrez le train jaune au départ de Montlouis. À l’opposé du TGV, le train jaune est un petit tortillard qui relie Latour de Carol à Villefranche à la vitesse maximale de 50 KM//H … dans les descentes. Le canari comme on l’appelle affectueusement ici, affiche un âge canonique. Cent ans et pas une ride.


Vous descendrez à la gare de Thuès pour rejoindre en quelques pas l’entrée des gorges de la Carança. Imaginez une entaille dans la montagne. Après la 2° guerre mondiale, elles ont été aménagées pour récupérer l’eau et faire fonctionner une usine hydroélectrique. Le fameux chemin des corniques que vous emprunterez a été taillé à pic à cet effet dans la paroi. Impressionnant mais facile !

La visite de Montlouis n’est pas dans le programme, mais je la recommande.

Il y a matière à occuper une fin d’après-midi.  La forteresse est l’œuvre du génie militaire de Vauban. Sébastien de La Preste de son vrai nom a en son temps révolutionné l’art de la guerre. Louis XIV l’avait « embauché » pour entourer son royaume d’une ceinture de fer. Contrairement aux châteaux forts d’avant Vauban, Montlouis est enterré. Objectif : ne rien faire dépasser qui puisse donner prise aux boulets. Un sentier balisé permet de faire le tour des murailles. À l’intérieur, il ne faut pas manquer la visite du four solaire. C’est le premier construit en France. Sa vocation pédagogique certaine. Si vous avez des enfants, il faut y aller. Vous verrez avec stupéfaction comment le seul rayonnement du soleil peut enflammer en quelques secondes un morceau de bois ou mieux, faire fondre un rail de chemin de fer.


Entre autres curiosités, vous serez étonnés par la profusion de lupins qui égayent la plupart des talus de tâches colorées. C’est une plante qui a été importée ici pour stabiliser les bords de route. Elle s’est tellement plue en Cerdagne Capcir, que maintenant il y en a partout.


Toutes nos randonnées en Cerdagne - Capcir et dans les Pyrénées

Un article de Gérard Caubet

Accompagnateur en montagne et écrivain pyrénéiste

Autres articles

© Cerdanya Ecoresort

Axelle, voyageuse de retour du séjour Yoga, rando zen et spa dans les Pyrénées | La Balaguère

Ce voyage comportait tous les aspects qui m'intéressaient : découverte de nouveaux massifs, découverte du yoga, hôtel co...

© Vincent Colin

La Costa Brava, côte sauvage | La Balaguère

Costa Brava signifie « côte sauvage », à cause de son littoral rocheux et découpé. Un vrai paysage de carte postale. Pui...

© Unclesam - stock.adobe.com

La Côte Basque, entre randonnées et gastronomie ! | La Balaguère

Ça ne monte pas beaucoup, les paysages sont beaux, c’est la joie de vivre basque et le dépaysement est assuré. L’itinéra...

© by-studio - stock.adobe.com

Les Mallos de Riglos dans les Pyrénées espagnoles | La Balaguère

En Aragon dans les Pyrénées espagnoles, entre Jaca et Huesca, se trouve une forteresse minérale et colorée : ce sont les...

© FS-Stock - stock.adobe.com

Comment choisir son vélo / VTT ? | La Balaguère

Le choix d’un vélo passe avant tout par l’utilisation que vous allez en faire -ville, montagne, campagne, longues ou cou...