Le Val D'Aran est un peu mon jardin secret

Nadia est accompagnatrice et travaille régulièrement pour La Balaguère.

"Le Val D'Aran est un peu mon jardin secret.
Et surtout le séjour "Val d'Aran - Encantats" car il associe randonnée, dépaysement, culture, tradition, histoire, gastronomie et tutti quanti.
Pour moi, c’est le cocktail gagnant d’un vrai séjour découverte." 

Peux-tu préciser ? 

Pour l’accompagnatrice que je suis, le Val d'Aran est du pain béni. Les occasions de faire plaisir aux randonneurs sont tellement nombreuses, qu’il n’y a que l’embarras du choix. 
Ici, on est vraiment dépaysé. 
On ne se sent pas complètement en France ni en Espagne, mais dans un monde à part.

Val d'Aran

Pourquoi un monde à part ? 

D’abord c’est un territoire bénéficiant d’un statut de semi autonomie. Une sorte de république pyrénéenne au même titre que l’Andorre. 
Les gens ne le savent pas. 
Pour nous français, c’est difficilement compréhensible. 
Je m’emploie à en faire découvrir tous les particularismes. Et ils sont nombreux ! 
D’abord la langue. Ici on parle l’Aranais. 
C’est la langue officielle. Elle est très proche de l’occitan.
Le Val d’Aran a aussi son hymne national et son drapeau. 

Tous les vieux parlent le français avec de très belles intonations chantantes. 
Il y a une raison à cela. Avant le percement du tunnel de Vielha, en 1948, le Val d’Aran était complètement coupé de l’Espagne et tourné vers la France. 
C’est aussi une terre de traditions. 
Elles sont nombreuses.  
A Les et à Arties par exemple, il existe une coutume millénaire. Au solstice d'été, la nuit de la Saint Jean, les habitants font brêler un sapin au milieu du village, A Les, il est  laissé en place jusqu’à l'année suivante. 

Pourquoi le Val d’Aran plaît-il autant à nos randonneurs ? 

En tout premier lieu, il y a la qualité de l’hébergement. 
L’hôtel « Co de Pierra » est une superbe bâtisse construite dans la plus pure tradition du Val d'Aran. Que de la pierre, du bois et de l’ardoise !
Il y aussi Bétren, le village où se trouve l’hôtel. Comme tous les villages du Val d’Aran, il a été tellement bien rénové qu’on dirait du vrai. 
Le point fort de Bétren est sa situation tout prés de Vielha…..  tout en n’y étant pas. 

Les avantages sans les inconvénients.
Vielha c’est la frénésie. C’est la capitale du Val D'Aran. Plein de boutiques, des hôtels, des bars. Ça grouille de vie ! 
À Bétren c’est le calme. 

Ce qui plait aussi, c’est la gastronomie Aranaise. J’adore la « oilla aranaise ». Il faut prononcer « oya ». C’est est soupe très riche servie avec du boudin et de la crépinette arannaise. Dans une bonne olla, la cuillère doit tenir debout. C’est le cas ! 

Un des moments les plus appréciés est la soirée tapas du vendredi soir. 
On saute dans le minibus et shuss à Vielha, J’ai mon rond de serviette à la Tauernes Urtau. Les gens adorent les tapas. Ce sont des petits plats savamment cuisinés qui accompagnent les apéros à rallonge. Ambiance garantie !

Peux-tu nous parler des balades ?

Pour les balades, c’est simple, je fais comme pour moi ! 

Invariablement, on grimpe au Tuc de la Salana. J’adore ce sommet loin des sentiers battus. Il ressemble à une petite pyramide de granit. Le panorama est superbe tant sur la vallée que sur le parc des Encantats. 
J’aime aussi les étangs de Garrabea ou bien les crêtes de Montpius et sa vue imprenable sur l’Aneto. 

Dans un genre différent, une de mes préférences va à la vallée de Boï et son art roman. 
Il faut aller de l’autre côté du tunnel. 
La vallée de Boï concentre un nombre exceptionnel d'églises romanes classées au patrimoine mondial de l’Unesco. Pour comprendre cette floraison architecturale il faut remonter au XII° siècle. À cette époque, l’argent de la Reconquista  coulait à flots. Les seigneurs de l’époque ne le planquent pas en Suisse, mais l’investissent dans l'embellissement des villages et la construction de magnifiques églises dans un style nouveau pour l’époque. 

Parle-nous du niveau. Est-ce accessible à tous ? 

On est sur du « 2 chaussures » Balaguère. 
Donc tout à fait accessible. C’est loin d’être le bagne. 
Lever tranquillou, rando puis retour vers 17H. Le souper est servi vers 20h00. 
Du coup, on a du temps libre pour se détendre, visiter, se balader en ville, faire des courses à bon marché. Certains produits sont vraiment pas chers. 
La Balaguère me met un minibus à disposition permanente ce qui autorise la plus grande souplesse dans l’organisation quotidienne du programme. 
De fait, je peux adapter en permanence le programme aux envies du groupe, aux caprices de la météo et la forme des clients. 

Le matin avant le petit-déjeuner, j’ai déjà mis le nez dehors pour renifler le temps. Puis je regarde les gens arriver. S’ils marchent doucement ce sera églises romanes. S’ils arrivent d’un pas décidé se sera sommet, et entre les deux, un lac !

Accompagnatrice Pyrénées

Autres articles

Le Val d’Aran

En remontant le Val d’Aran, on s’aperçoit rapidement qu’il ne s’agit pas d’une vallée pyrénéenne tout à fait comme les autres. La rando, le ski et les boutiques duty-free cohabitent en bonne intelligence !

Les lacs du Capcir en famille : du bonheur !

Le lac des Bouillouses où vous dormirez est une des plus grandes retenues lacustres des Pyrénées. La journée détente aura pour cadre les rives bucoliques du lac de Matemale et la forêt qui l’entoure : VTT, baignades, randos, farniente, accro branche... Que du bonheur ! Le troisième temps est la visite des gorges de la Carança. Elles concluent ce séjour en apothéose.

Sous le soleil du Capcir aux mille lacs

Je trouve que le massif du Carlit est un terrain idéal pour la randonnée car on peut facilement sortir des sentiers battus... Et j'adore ça ! Ce séjour, c'est donc un dépaysement garanti, des cheminements sauvages, où l'on peut découvrir des petits lacs perdus au milieu d'écrins de verdure... où l'on peut fouler des crêtes où seuls les animaux passent... où l'on peut gravir de beaux sommets peu fréquentés...

Suivez-nous