Le Kirghizistan, un voyage à couper le souffle | La Balaguère

© CAZALAA Vincent

Pas mal de monde m’avait parlé du Kirghizistan (aussi appelé Kirghizie), mais la Terre est vaste et je n’avais jamais eu l’occasion de m'y rendre. Dès que j’ai vu que ce départ se confirmait, je me suis joint au groupe.


Deux semaines en itinérance au Kirghizistan


Tien Shan, sur les sentiers d'Asie Centrale est un trek de 2 semaines en itinérance avec portage par chevaux de bât, le tout entre 2000 et quasiment 4000 mètres d’altitude. C’est un circuit en groupe accompagné avec toute une logistique : accompagnatrice, chauffeur pour les transferts et pour le trek : cuisinier, palefreniers et leurs chevaux de bât, plus des chevaux d’assistance. J’adore ce type de trek très original dans des zones particulièrement préservées du tourisme de masse.


C’est un niveau 3 chaussures, la difficulté des randonnées n’est pas du tout excessive, voire totalement abordable. C’est plutôt l’environnement montagne (à plus de 3000 mètres) qui, selon la saison - je partais en septembre - peut amener de la difficulté : le froid la nuit, la neige et, parfois, des difficultés de passage pour les chevaux… Ici, l’autonomie règne en maître. C’est ça que tout le monde vient chercher.

Le Kirghizistan, l'un des plus beaux voyages de ma vie !

J’ai eu l’occasion de beaucoup voyager et, pour moi, ce voyage a vraiment été l’un des meilleurs, totalement hors du temps, avec un dépaysement total. Je n’ai qu’une envie, c’est d’y retourner.


Ce petit pays encore peu connu est une destination montagne à part entière, mais pas seulement. On y marche entre 2500 et (quasiment) 4000 mètres d’altitude. A 4000 mètres, on est encore dans les estives, là où viennent paître les troupeaux de moutons, de chevaux et de yacks. La vue, elle, porte sur les sommets qui atteignent pour certains quasiment 7000 mètres d’altitude. C’est grandiose !


Ce qui fait la force du Kirghizistan, c’est sa diversité. Véritable carrefour entre les civilisations, situé sur la Route de la Soie, ce pays connait aussi bien une diversité en terme de paysages, de cultures, d'ethnies, de religions que de cuisine, tout cela dans une atmosphère très paisible où règne la tranquillité.


On ressent le brassage à tous les niveaux, aussi bien dans les populations rencontrées en pleine steppe que sur l’étal d‘un marché. La cuisine est riche, fine et généreuse avec beaucoup de fruits et de légumes.


La population, qui pourtant ne croise que très peu d’occidentaux est extrêmement accueillante. Toujours un sourire, un petit mot, une accolade, voir une invitation à boire un verre, que ce soit d’un enfant (pour le sourire) ou bien d’un berger aux dents en or et aux yeux bleus, équipé d’un fusil pour chasser les loups aux alentours.

Des paysages extraordinaires durant tout le trek

Au niveau des paysages, on marche durant ce trek dans des environnements très différents. D’abord dans d’immenses canyons couleur ocre qui font penser à Brice Canyon aux Etats-unis par leur grandeur, sur de grandes steppes ambiance Mongolie, sur les plateaux d'altitude avec vue sur très hautes montagnes.


D’immenses lacs aux eaux émeraude ajoutent encore à cette diversité. Au bord du lac Song Kool, nous avons eu l’occasion de voir les nomades pratiquer leurs jeux équestres ancestraux. Un grand moment dans un environnement idyllique bordé de montagnes.


Nous avons dormi sur place dans un campement de yourtes au milieu de nulle part. L’intérieur de la yourte était magnifique et pourtant toute simple. Un petit cocon chauffé par des poêles tournant à la bouse de yack séchée que les nomades viennent embraser à la tombée de la nuit. Ce lieu m’a vraiment marqué.


On peut aller en Kirghizie de mi juin à fin septembre


En partant début septembre, nous avons eu de la neige sur le dernier jour du trek qui nous a obligés à modifier légèrement le programme, les chevaux ne pouvant plus passer le col prévu. Ce n’était pas bien grave, l’équipe aux petits soins a modifié l’itinéraire sur place pour une découverte toujours au top. C’était la première fois qu’il neigeait si tôt dans la saison à cette altitude depuis 5 ans. L’été a été très chaud, mais la neige est arrivée plus vite cette année. Ce sont les affres de la montagne, parfois aussi chez nous, un coup de neige peut arriver en plein mois d’Août ! Il faut juste prévoir un bon équipement en partant sur ce type de destination au cas où.


Selon ce qui est décrit sur la fiche technique, en juillet, à Bichkek qui se situe en plaine, la température peut atteindre 40°. Entre la plaine et la haute montagne, il faut donc prévoir pour le chaud et le froid. Juillet est souvent plus chaud avec les steppes aux couleurs encore vertes. En septembre, la steppe plus grillée offre plus de contrastes entre la steppe et la neige en altitude.


Bref, voilà mon dernier coup de cœur +++, partez en Kirghizie, vous ne serrez pas déçu !


Tous nos voyages au Kirghizistan

Un article de Vincent Cazalaa

Autres articles

© Anita Bimal

"Nanamasté" au Népal, un voyage propice aux échanges | La Balaguère

Un voyage pour les femmes avec des femmes à la rencontre des népalaises. Une expérience inoubliable où le partage, la bo...

© FOTOLIA / javarman / Konstantin Kalishko

L'iran, un des plus vieux pays au monde | La Balaguère

La Perse ou l’Iran aujourd’hui symbolise un des plus vieux pays du monde ! Le premier empire Perse date du VII ème siècl...

© BLEGENT Julie

L'Ouzbékistan, une destination extraordinaire et passionnante | La Balaguère

Déserts arides, steppes isolées, montagnes, monuments grandioses et histoire mouvementée… l’Ouzbékistan est une destinat...

© BLEGENT Julie

L'Ouzbékistan, au carrefour de la Route de la Soie | La Balaguère

J'aime beaucoup faire visiter les villes anciennes de mon pays qui était le carrefour de la Route de la Soie. Mais les v...

© BRASIER Stéphanie

L'Ouzbékistan : un pays et avant tout un peuple | La Balaguère

Mon premier voyage en Asie Centrale : l'Ouzbékistan ! Je voulais découvrir ce pays qui me fascinait par son histoire pa...