La Balaguère a créé un séjour spécifique de découverte du canyoning en Sierra de Guara. Guy Sally, (Zébulon pour les intimes), connaît bien cet endroit et nous semble le mieux placé pour nous en en parler.

Guy, on dit que tu es un « vieux renard » de la Sierra de Guara. Est-ce exact ?

Je connais la Sierra de Guara depuis « sa découverte » dans les années 80.
Chaque année je m’arrange pour encadrer trois ou quatre séjours de canyoning.
Il faut savoir qu'à La Balaguère, tous les pros qui encadrent le canyoning sont tenus de passer une qualification complémentaire à leur diplôme. Pas mal de gens qui conduisent des groupes en Sierra de Guara ne l’ont pas. La Balaguère n’emploie que des accompagnateurs qualifiés. C’est une règle qu’on s’est fixée.
Encadrer des séjours de canyoning, pour moi c’est important. Presque vital. J’ai vraiment l’impression de me ressourcer.
J’aime bien les séjours 'découverte' car j’ai plus l’impression de m’amuser que de travailler.
Pour moi c’est aussi très satisfaisant de voir la joie qu’il procure. J’ai l’impression d’y être pour quelque chose !

Qu’est-ce que le canyoning ?

L’activité canyon n’a rien à voir avec la rando classique ou la montagne. Le jeu, car c’en est un, consiste à descendre les rios à pied ou la nage.
Le canyoning c’est un tout. Au delà des canyons, ...l’ambiance, l’hébergement, l’encadrement, tout compte. Tous ces éléments sont réunis dans les séjours Balaguère en Sierra de Guara.

Pourquoi découvrir le canyoning en Sierra de Guara et pas ailleurs ?

D’abord, c’est ici qu’est née l’activité de canyoning et qu’elle s’est construite. Devant le succès, tout le monde s’est mis à en faire un peu partout, mais il n’y a  que la Sierra de Guara qui concentre un si grand nombre de canyons sur un tout petit territoire.
Puis, comme je le disais tout à l’heure, le canyoning est un tout et en la matière, la Sierra c’est le must.
Le paysage et le climat sont totalement différents de ce qu’on peut trouver ailleurs. Le plus souvent il fait beau et chaud. L’air est limpide et lumineux et la température de l'eau est vraiment agréable.
La végétation méditerranéenne embaume jusqu’au sac à dos.
La vie à l’espagnole contribue également au dépaysement. C’est décontracté. On est en short toute la semaine même le soir. Pas besoin de porter sa garde-robe. Au bout de deux jours, les gens qui viennent ici lâchent prise.

Comment se passe une journée de « canyoning découverte » ?

Le matin, on part tard.
Généralement pas avant 10 H. Il faut laisser à l’eau le temps de se chauffer sur les cailloux.
Les marches d’approche sont généralement courtes. Arrivés sur place, baignade pour se rafraîchir, pique-nique, une petite sieste à l’ombre et zou !
On commence par s’équiper.
Aujourd’hui, pour pratiquer le canyoning, il faut mettre des combis iso et des casques. Au début, on y allait en slip de bain, un point s’est tout.
Maintenant, tout ça c’est fini !
Les combis sont des protections très efficaces.
Donc on les met, puis on part. On marche, on nage et on s’arrête quand une belle piscine nous tend les bras. Parfois les parois se resserrent. Impossible de passer sur les bords. Il faut se mettre à la baille. Parfois comme au Rio Véro, d’énormes blocs effondrés de la falaise forment un passage souterrain. Qu’on se rassure, le cataclysme ne date pas d’hier !
La lumière du jour filtre entre les pierres et crée sur l’eau des effets spéciaux. Ce sont les passages les plus beaux. Les gens du coin appellent cela « Los obscuros ».
La fin d’après-midi est le meilleur moment. L’eau est chaude, le soleil tape moins. On lézarde un peu sur les berges avant de rentrer.
L’arrivée à l’auberge est immédiatement suivie d’une bonne bière fraîche derrière la cravate. On passe à table vers 21h. Pour l’Espagne, c’est tôt mais pour nous les Français, c’est tard. Mais on s’y fait vite. Les Espagnols ne mangent pas avant 23 heures. Avant, petit apéro tapas pour se mettre en appétit.
La Casa Tejedor qui nous accueille est idéalement située au centre des opérations. Maria Carmen, Lorenzo, Angelina et Augustin sont des amis de la Balaguère depuis le début. Ensemble nous avons participé à l’aventure de la Sierra. Tout le monde est aux petits soins pour nous. On s’y sent comme chez soi, c’est important !

Est-il nécessaire d’y aller une semaine ? Les week-end est-ce possible ?

Avant aller en Sierra était toute une aventure.
Il fallait un jour de voiture.
Maintenant les Espagnols ont fait de belles routes.
Les accès sont rapides.
Envisager d’y aller en week-end est tout à fait possible
D’ailleurs on fait des escapades canyoning en programme découverte.


Voir le circuit Découverte du canyoning en Sierra de Guara

Découvrez toutes nos randonnées en Sierra de Guara et tous nos circuits canyoning

Un article de Guy Sally

Accompagnateur Pyrénées

Autres articles

© Cerdanya Ecoresort

Axelle, voyageuse de retour du séjour Yoga, rando zen et spa dans les Pyrénées | La Balaguère

Ce voyage comportait tous les aspects qui m'intéressaient : découverte de nouveaux massifs, découverte du yoga, hôtel co...

© CHABOUD Aurélie

Ma rando yoga au Parc national d’Ordesa dans les Pyrénées | La Balaguère

Ou l’histoire d’une vraie reconnexion à soi, à la nature et à la joie de vivre. L’Hatha-yoga a été une révélation pour m...

© GUIX Olivier

"De Gavarnie à Ordesa" est une valeur sûre de La Balaguère | La Balaguère

Les amoureux de paysages grandioses ne peuvent rêver mieux. Les sites de Gavarnie et Ordesa se touchent au niveau de la ...

© ADOBE STOCK / estivillml

10 raisons de visiter les Pyrénées | La Balaguère

Impossible de parler des Pyrénées au singulier. Elles sont plurielles par essence. L’heureux randonneur qui pourrait d’u...

© COLIN Vincent

Les sentiers de la Sierra de Guara en liberté, un pur bonheur ! | La Balaguère

Quand La Balaguère m’a proposé de réactualiser le topo-guide du séjour liberté elle ne pouvait pas tomber mieux, je conn...