Territoire dont on m’a beaucoup parlé, mais dans lequel je n’avais jamais eu l’occasion de me rendre ! Pour être honnête, je ne savais pas trop à quoi m’attendre, que ce soit en termes de paysages ou en termes d’atmosphère dans cet univers si singulier. J’étais vraiment curieux d’avoir une réponse à tout cela !!

Le désert des Bardenas, désert espagnol à deux pas de la France

A 2h à peine de la frontière française, se trouve un véritable et insoupçonnable trésor naturel, le désert des Bardenas.


Avec un rendez-vous à Pau, le trajet se fait, en bus, jusqu’à Valtierra, petit village aux portes du désert, où nous dormons durant les 5 nuits.


Entre temps, nous avons fait une halte à Saint-Jean Pied de Port puis à Ronceveaux, hauts lieux du Chemin de Compostelle, traversés chaque année par des milliers de pèlerins. Le tout, avec les explications pointues de Gareth, notre guide !


Peu avant d’arriver à l’hébergement, nous avons fait une première petite balade dans le canyon de Lumbier, le long de belles falaises. Les vautours étaient de sortie et nous ont concoctés un magnifique show, je me demande s’ils n’étaient pas inclus dans le séjour !

Un hébergement atypique pendant notre circuit : les maisons troglodytes

Puis, vient le temps d’arriver à l’hébergement, tout à fait atypique : des maisons troglodytes, anciennement occupées par des habitants du coin. Aujourd’hui rénovées et très confortables, elles constituent un superbe « camp de base » pour partir à la découverte de ce territoire.

Après une première soirée et nuit dans ces « grottes », voici venue l’heure de rentrer dans le cœur du sujet, le désert des Bardenas, à proprement parler !


Il faut savoir que le désert des Bardenas est composé de 2 territoires bien distincts, en partie reconnaissables par la végétation et les différents types de reliefs qui les caractérisent : la Bardena Blanca et la Bardena Negra. Le premier relativement sec, aride, avec une végétation rare, et éparse, le désert tel qu’on l’imagine, en somme ! Le second avec une végétation plus dense, des couleurs plus prononcées, et des plateaux plus élevés.

Randonnées dans La Bardena Blanca

Pour ce premier jour dans le désert, nous partons dans la Bardena Blanca. Après être passés en véhicule devant une cabane, où, pour l’anecdote, Johnny et Eddy Mitchell ont tourné un clip, direction LE lieu emblématique des Bardenas, la célèbre cheminée de fée de Castel del Tierra.

Cette impressionnante formation argileuse à l’aspect étonnant est résultat de l’érosion, et attire irrémédiablement le regard. Pour combien de temps encore restera-t-elle en l’état ? Nul ne le sait, ce qui est certain, c’est qu’en ce mois de février, elle a envoûté tout le monde !


La journée se poursuit dans cet environnement lunaire, entre canyons et formations argileuses surréalistes. Le dépaysement par excellence !

le Vedado de Eguarás et le Monastère de Santa Maria

Le lendemain, direction le Vedado de Eguarás, un étonnant petit territoire des Bardenas, pourtant propriété privée, au milieu de laquelle se trouve l’ancien château de Peñaflor, (aujourd’hui plutôt en ruines, soyons honnêtes). Les paysages dénotent complètement avec ceux que l’on a aperçus la veille. La végétation est plus dense, de hautes falaises se dressent face à nous, que l’on regagne facilement pour une magnifique vue d’ensemble sur la mosaïque de couleurs à nos pieds ! Superbe !!


Après cette belle randonnée, Gareth nous a amenés jusqu’au Monastère de Santa Maria la Real de la Oliva, où nous avons pu acheter un très bon vin, qui a accompagné nos soirées jusqu’à la fin de la semaine.

Randonnées dans La Bardena Negra

Le troisième et quatrième jours de randonnée dans les Bardenas se sont déroulés plus au sud de la réserve, dans la Bardena Negra. Nous sommes partis respectivement en direction du Tripa Azul et la Peña del Fraile. Deux parcours emblématiques qui nous font démarrer au pied de ces imposants promontoires, les longer, puis, les gravir à travers de magnifiques paysages variés, et en prendre pleeeeein la vue !

Ces deux sommets dominent la réserve et nous offrent des points de vue à 360° assez ahurissants sur les décors complètement lunaires qui nous entourent ! Des décors que l’on n’imaginerait pas une seconde pouvoir trouver en Europe, et encore moins à quelques dizaines de kilomètres de la frontière française !


Après de longues minutes ventées au sommet (selon la période, il y a pas mal de vent dans les Bardenas !), retour vers le véhicule. Le mercredi, en rentrant du Tripa Azul, quelques kilomètres nous séparaient d’une ancienne maison romaine que nous sommes allés voir. Le lendemain, après la Peña del Fraile, découverte de Tudela, seconde plus grande ville de Navarre, à l’importante richesse culturelle ! Un délicieux petit mélange entre nature, randos, et histoire et culture de ce territoire fascinant !

Après la dernière soirée couronnée par une paëlla bien méritée, il est déjà temps de refermer cette délicieuse parenthèse enchantée.  Sur le chemin du retour, n’oublions pas le passage par le village de montagne de Canfranc, et sa « gare internationale » aux dimensions hallucinantes (aussi grande que la gare de Saint-Lazare), comme posée là, face aux sommets, tel un décor de film. Surréaliste, et fascinant !


6 jours au cœur de cet extraordinaire territoire, au départ d’un hébergement atypique (et géré à merveille par Ruben), pour un superbe séjour, totalement dépaysant, dans une région encore assez peu fréquentée !

La difficulté des randonnées de ce circuit dans les Bardenas Reales

Si je devais maintenant aborder un petit peu la difficulté des randonnées de ce circuit aux Bardenas Reales, il s’agit d’un séjour 2 chaussures tout à fait abordable. Le dénivelé quotidien ne dépasse jamais les 300/400 mètres, et l’on marche durant 4 à 5h, à un rythme doux. Les étapes ne présentent aucune difficulté technique, nul besoin d’être un randonneur aguerri pour réaliser ce circuit ! Nos pupilles étant bien souvent subjuguées par les paysages, les journées sont ponctuées de parenthèses photos fort appréciées et appréciables !

La meilleure période pour visiter les Bardenas Reales

Quant à la période pour réaliser cette randonnée, certains mois sont plus propices que d’autres. En l’occurrence, j’ai effectué ce séjour en février : il y avait pas mal de vent certains jours, mais la température pour marcher était globalement très agréable, comme bien souvent dans l’année ici ! En juillet et août, par contre, il peut faire très très chaud dans le désert. Concrètement, les périodes où il fait relativement bon pour se balader sur le territoire sont de février à juin, et de septembre à novembre (même s’il est possible de venir ici en dehors de ces périodes).


Même si le territoire est relativement sec et peu soumis aux précipitations, certains mois de l’année sont toutefois plus sujets aux pluies, en général : mars, avril, novembre et décembre. Les épisodes pluvieux sont rares, mais en général très brefs, avec des pluies torrentielles, qui rendent le terrain argileux des Bardenas impraticable ces jours-là.


En somme, une super semaine, un super groupe, un super accompagnateur, et une incroyable région, aux richesses naturelles et culturelles insoupçonnées… Le dépaysement à portée de pieds ! Vous savez ce qu’il vous reste à faire !

Bardenas Reales, le charme du désert en chambres troglodytes

Tous nos circuits dans les Bardenas Reales

Tous nos voyages en Espagne

Un article de Kevin Lagarde

Créateur de circuits dans les Pyrénées

Autres articles

© ADOBE STOCK / Yvann K

De Cauterets à Gavarnie, mes coins préférés | La Balaguère

Le plus important à ne pas manquer lors de cette randonnée en liberté, c’est le lever de soleil au sommet du Petit Vigne...

© SERANO David

La randonnée aquatique en Sierra de Guara | La Balaguère

La rando aquatique est le premier niveau du canyoning. Elle consiste à parcourir à pied le lit des canyons au plus près ...

© CHABOUD Aurélie

Ma rando yoga au Parc national d’Ordesa dans les Pyrénées | La Balaguère

Ou l’histoire d’une vraie reconnexion à soi, à la nature et à la joie de vivre. L’Hatha-yoga a été une révélation pour m...

© Cécile Art - stock.adobe.com

Le Gers, ce pays du "bien-vivre" | La Balaguère

Ce circuit est pour moi un parfait équilibre entre la découverte des paysages vallonnés du Gers (auquel on donne réguliè...

© GUIX Olivier

"De Gavarnie à Ordesa" est une valeur sûre de La Balaguère | La Balaguère

Les amoureux de paysages grandioses ne peuvent rêver mieux. Les sites de Gavarnie et Ordesa se touchent au niveau de la ...