Philippe, voyageur de retour du Maroc | La Balaguère

© Alex Escanero

Bonjour Philippe ! Tu reviens d'un voyage à pied dans le désert marocain. Peux-tu te présenter ?

J’ai 63 ans, retraité récemment d’un poste de directeur-adjoint d’un institut médico-social. Je suis heureux lorsque je suis en extérieur : randonnées, vélo, voile.

En fait, des situations où il n’y a pas d’obstacles à l’horizon, regarder ce qui m’entoure et tenter de trouver ma vraie place. J’aime ce que je ne maîtrise pas, sans la volonté de vouloir y parvenir, mais pour en absorber ce que je peux.

Pourquoi as-tu choisi ce trek au Maroc ? A qui le conseillerais-tu ?

Je n’avais qu’une petite expérience du Maghreb (Sud Tunisie – Hammamet - côte Marocaine à Agadir) et les habitants m’avaient conquis.

Dans mon choix il y avait le désert et le collectif, première pour moi. Je voyage habituellement seul, mais appréhender le Sud Maroc demande un peu d’encadrement. Si bien que votre séjour Dunes et oasis du Sud marocain m’a semblé construit et dépouillé du superflu. Exactement ce que je cherchais.

Pour s’inscrire sur un tel séjour, bien sûr il faut savoir marcher, regarder, écouter… et laisser quelques oripeaux au vestiaire de l’aéroport.

Raconte-nous tes meilleurs moments et souvenirs de ce voyage...

Je n’ai pu, un instant, faire la différence entre Megève et Ouarzazate. Sous la neige, tous les chats sont blancs. La veille, à l’hôtel, nous avions pris quelques repères et des connivences naissaient. Groupe homogène : expériences acquises semblables, échanges de qualité, soif de découvertes, décontraction dans les rapports.


Donc cette neige nous retarde mais ne nous recouvre pas. Les premières pentes sont difficiles pour tous. Ca dérape mais ça roule et notre chauffeur maîtrise son sujet.

Halte pour le déjeuner et en fin d’après midi nous sommes accueillis par les chameliers et cuisinier. Beaucoup d’inscrits nécessitent que nous fassions 2 groupes.

C’est à 12 que nous partons pour notre premier bivouac, en traversant le village d’accueil, pauvre, sale, mais le sourire des enfants m’empêche de m’apitoyer. Chaque soir et chaque matin nous monterons et démonterons nos tentes. Chaque soir et chaque matin l’équipe est à nos petits soins : thé après montage, dîners remarquables (cuisine marocaine équilibrée et parfumée), petits déjeuners de galettes chaudes, de crème de patate douce (on a tous flashé sur elle mais on n'a pas trouvé à Ouarzazate).

La tente repas nous convie tous les soirs à nous asseoir en carré, éclairée de bougies, sur des tapis... et puis la soirée c’est le scénario que chacun construit. L’overdose de thé vert à la menthe a semble t-il libéré nos esprits parce que ça fuse : les bons mots, les histoires improbables, les contes… ça se voit, les gens se déverouillent et je constate tout en étant pareil.


Nous marchons dès 9.00 h le matin, environ 3.00 h, un peu plus court l’après midi. Nous sommes alternativement sur des plateaux caillouteux (regs) et du sable, des dunes et lits de rivières (ergs).

Aucune difficulté, les chameaux portent votre patrimoine, on ne s’habille que d’eau et autres accessoires qui semblent indispensables.

Lorsqu’on voit les chameliers en savates et dénudés de toutes manifestations de fashion week, on a un peu honte de son opulence. Ces gars là sont des nomades berbères, ils ont beau être nés de ces lieux, ils en souffrent également. Lorsqu’ils ont fait du pain dans la braise sableuse, que nous avons poursuivi la soirée avec leurs chants, dans un ciel sans pollution et dans le voile laiteux de la pleine lune… la vie vous récompense des choses les plus simples.


Nous sommes revenus à notre point de départ et de retour à Ouarzazate nous avons fait du tourisme. C’est pas ça que j’ai fait les jours précédents, c’est autre chose, mais j’ai pas de mot.

Pour toi, La Balaguère, c'est...

Depuis que j’ai reçu ce mail amical de Vincent Fonvieille - de l’avis sur mon séjour – je suis confirmé de mon choix pour vous, La Balaguère. La proximité que vous établissez avec vos randonneurs (je ne me sens pas trop client) me convient bien. C’est chaleureux, vivant, comme une communauté de partages d’horizons lointains. Ce qui m’a séduit d’emblée c’est votre ancrage dans les Pyrénées. Que je connais et que je pratique régulièrement, et ce lien a permis que je passe au-dessus de mes réticences d’intégrer un groupe.

Et ton prochain voyage ?

J’étudie pour le mois de mai le GR 92, Cadaquès – Roses – Figueras etc, des randos qui associent moyenne montagne et parcours marin. De plus l’univers de Dali ajoute au projet des découvertes culturelles.


Je pense faire une base de camp à Roses, et de là les choix de parcours sont multiples.


Je retrouverai pour cela ma propre organisation, mais vous restez en embuscade pour mes futures envies.


Découvrez la randonnée de Philippe : Dunes et oasis du Sud marocain

Tous nos treks au Maroc et tous nos treks


Comment est choisi le voyageur du mois

Un article de Notre voyageur(se) du mois

Autres articles

© FOTOLIA / Hortigela

La fête des roses au Maroc | La Balaguère

En mai l’événement à ne pas manquer : la fête des Roses à Kelâat M’Gouna, une superbe opportunité pour découvrir le folk...

© FOTOLIA / dmussman

La Tanzanie, vaste terre de réserves animalières | La Balaguère

La Tanzanie est l'un des pays qui possède de nombreuses richesses naturelles et où l'on peut pratiquer autant des activi...

Marie-Jo, randonneuse de retour de notre circuit Cap Vert, au coeur de Santo Antao | La Balaguère

Marie-jo nous raconte son voyage au Cap Vert : un vieux rêve enfin réalisé !

© FOTOLIA / javarman / Konstantin Kalishko

Maïtena, voyageuse de retour d'Iran | La Balaguère

Depuis des années, je cours voir les films iraniens qui sortent en France car le cinéma permet de deviner la réalité d’u...

© CDT La Réunion

La Réunion dans tous ses états | La Balaguère

La Réunion est une terre de contrastes. La randonnée est l'activité idéale pour apprécier la diversité des territoires e...