Rencontre avec Jacques, élu voyageur Balaguère du mois de mai

01 juin 2016

Rencontre avec Jacques, parti sur les chemins de Compostelle, élu "voyageur Balaguère du mois de mai"

Bonjour Jacques, tu reviens toute juste de notre randonnée "Le chemin de Saint-Jacques à pied-bus" sur le Camino Frances. Peux-tu te présenter ?

Bonjour, je m’appelle Jacques.
Alors ! quelle idée de parcourir son propre chemin me direz-vous !!!
Eh bien voilà !!!
Je suis né en 1947, hé oui je suis un vieux bonhomme. Cela ne vous étonnera donc pas si je vous dis que je suis retraité. J’ai eu une vie bien remplie, pleine d’imprévus, de joies, de peines ; enfin tout ce qui fait qu’une vie mérite mille fois d’être vécue. J’ai eu la chance d’avoir cinq enfants qui m’ont fait six fois grand père pour l’instant. Il y a 15 ans, Chantal est rentrée dans ma vie avec ses deux enfants et un chat. Vous comprendrez facilement qu’avec sept enfants, huit petits-enfants et un chat la vie n’est pas un long fleuve tranquille. Je la qualifierai plutôt de torrent turbulent pour ne pas aller jusqu’à « Rapide tumultueux ». mais c’est un bonheur permanent. J’ai toujours aimé les grandes familles et j’ai eu la chance d’avoir un bon travail qui m’a permis de les élever sans trop de difficultés. Je suis d’origine montagnarde, né sur les contreforts du massif de la Grande Chartreuse, pays riche de son histoire, de ses coutumes et de ses paysages somptueux. Ecrin de montagnes entourant de riches vallées verdoyantes. Nous vivons, maintenant avec Chantal, dans les Landes, pas trop loin de Dax, dans les maïs, entourés des chevreuils, renards, sangliers et une multitude d’autres animaux à poils et à plumes ainsi que des voisins forts sympathiques. J’adore la musique, la peinture et par-dessus tout la montagne. Nous avons parcouru à peu près tous les sentiers de grande randonnée avec mes enfants, mais cela il y a bien longtemps. Je m’étais promis de faire, un jour, le chemin de Saint Jacques et il m’a fallu attendre près de soixante-dix ans pour y parvenir. Oui, oui je suis très tenace et quand j’ai une idée en tête je ne la lâche pas facilement.
Qu’est-ce que j’attends de moi !!! J’aspire maintenant au calme et au repos et j’aimerais énormément que ma vieille carcasse ne me sollicite plus, comme quand j’avais trente ans. Elle ne me laisse pas un instant tranquille : fais ci fais ça, il y a encore des tas de choses que t’as pas faites, allez bouges-toi.
C’est fatiguant. Même ma femme dit à qui veut bien l’entendre « Il me fatigue » en parlant de moi bien entendu.
Mais ça y est, j’ai fait ce que je devais, j’ai réalisé mon vœu.


 


Pourquoi as-tu choisi ce circuit ? À qui le conseillerais-tu ?
J’ai fait ce voyage, pour réaliser une promesse formulée il y a bien longtemps. Le chemin est pavé de bonnes intentions, nul ne s’y engage gratuitement même en vivant dans le déni de certaines valeurs ou de croyances. Je me permets, bien humblement, de conseiller ce voyage initiatique à des personnes comme moi, âgées, fourbues par la vie, en recherche de vérité, de leur propre vérité. On ne revient pas indemne de ce voyage. La rencontre des autres, le partage des joies, de la fatigue, la lumière flamboyante qui illumine le regard des pèlerins. Et puis aussi et surtout le fait que je ne me sentais plus capable de faire plus de huit cents km à pied, à la dure, comme on dit chez nous. Alors la formule " Compostelle à petit pas" proposée par « La Balaguère » a emporté notre adhésion si bien que même ma compagne m’a accompagné. C’est vrai qu’elle est bien plus jeune que moi puisque née en 1950. Alors vous voyez !!!
 
Dis-nous en un peu plus sur ce voyage, tes meilleurs souvenirs…
 Oh PHILIPPE !!!   On part à quelle heure demain ? Huit heures ? Non neuf. Il faut prendre le temps de déjeuner, la balade va être hard et on aura besoin de réserves.
Allez c’est parti. Comme d’habitude avec Phiphi on commence par en prendre un bon coup en début de journée. « C’était marqué 500 mètres de dénivelé, pourquoi on en a fait déjà 600 et que c’est pas fini de monter ? » là il ne répond jamais mais il sourit gentiment, sa chevelure grisonnante, taillée court lui donne un air martial, il avance doucement encourageant les plus anciens puis brusquement il accélère pour rejoindre le groupe de tête. Il est de partout notre Phiphi, avec tout son petit monde, tout le temps. Il a quitté le minicar qui nous a emmenés jusqu’au départ de l’étape. Il nous accompagnera jusqu’au soir puis retournera chercher notre voiture balai.
Il y a des bruyères partout, des genêts autour de nous et devant s’étire le chemin, « el camino », il y a des jours ou on n’en voit pas le bout. Il disparait derrière les collines lointaines. Bon Dieu !!! et c’est là qu’on va.
On est jamais seul sur le ruban, il y a les pèlerins comme nous, on échange quelques mots, on boit un coup, Phiphi nous distribue des morceaux de chocolat, des biscuits et c’est reparti. Là-bas une ruine, une église qu’on ira visiter.
Ouf ! On va manger, j’ai faim, je suis fatigué. On a trouvé une petite auberge sur le bord du chemin c’est sans aucun doute, à notre avis, la meilleure table du coin. Moment de ravissement pour nos papilles dilatées. Un petit café, une petite sieste et c’est reparti  et puis au bout de la journée Philippe viendra nous rechercher pour regagner un nouvel havre de paix. Une bonne table nous attend, des discussions à bâton rompu, sans fin pour nous raconter et un bon lit où on s’éteindra tout de suite vaincu par la fatigue et le bonheur de savoir que demain sera un nouveau jour.


 
 

Pour toi La Balaguère, c'est…
 Une organisation sans faille, des accompagnateurs sachant se mettre à la portée des participants, attentifs et serviables avec une connaissance parfaite de l’humain, de l’histoire, des coutumes et des arts aussi bien religieux que profanes. Merci mille fois à PHILIPPE qui se reconnaîtra sur les photos.
 
Quels séjours envisages-tu prochainement ?
 Peut-être qu’un voyage en ou au… "Buen Camino !"

 

Tous nos séjours sur les Chemins de Compostelle

Comment est choisi le voyageur du mois

Autres articles

04 juillet 2019

Didier, de retour de St-Jean-Pied-de-Port à Santiago à vélo

J'ai réellement apprécié la diversité des paysages, de la plaine avec des terrains uniformes, à la montagne et différentes végétations. Lors de nos visites, les villages nous ont parus tous uniques et présentant chacun leur particularité. Parmi les sites les plus remarquables, Portomarin est particulièrement splendide. Les 4 dernières étapes furent les plus variées et intenses, magnifiques paysages, sous bois, longues descentes et superbes « parties » de VTT . Nous n'avons pratiquement pas roulé sur la route, traversant des villages déserts, profitant de l'ombre des sous bois sur des chemins toujours bien entretenus.
15 octobre 2018

Raymond, voyageur : Sarria – Santiago, un rêve qui se réalise !

Partir du Liban pour marcher la dernière section du chemin français de Compostelle, c’était le rêve qui m’accompagnait depuis plus d’une quinzaine d’années. Le chemin, avant tout, c’est la compagnie. Que de rencontres sur ce vieux chemin, des pèlerins de toutes nationalités portant chacun le sourire sur le visage et personne ne sait ce qu’ils cachaient ni dans le cœur ni dans le corps, mais ils avançaient, comme si le monde entier progresse sur le « camino ». Croyant ou pas, on ne peut qu’expérimenter la force de la prière, de la méditation ou toute autre exaltation pour se recueillir et continuer cette marche qui va au-delà du chemin pour se prolonger à l’intérieur de soi vers ce chemin profond que chacun de nous tente de retrouver.
14 juin 2018

Saint-Jacques de Compostelle, enfin !

Il existe plusieurs façons d’arriver à Saint Jacques : train, voiture, avion, etc. De toutes, c’est à pied ou à vélo que se savoure la joie d’atteindre le but convoité. Camino francés, via de la Plata, camino Portugés, Ruta del Mar, camino Inglés, camino del Norte, camino primitivo, tous ces chemins dessinent sur la carte une immense toile d’araignée dont Santiago est le centre.
Contactez-nous
05 62 97 46 46
Suivez-nous