Le grand trek des Pyrénées, un circuit aux paysages exceptionnels

Un immense merciTrek de l'année
"Le grand Trek des Pyrénées" a été élu trek de l'année 2022 lors du jeu concours organisé par Trek Mag ! Grâce à vos nombreux votes, notre circuit a gagné le prix du public pour le trek de l'année 2022 dans la catégorie France. Un grand merci !

A cette occasion, David, créateur de randonnées dans les Pyrénées, nous raconte comment il a créé ce circuit.

Je suis né au pied des Pyrénées. Chaque matin sur le chemin de l’école, j’admirai les Pyrénées, dont l’élégante silhouette du petit Pic de Gabizos. C'est en 1999 (déjà !) en tant qu'accompagnateur que j'ai mis un premier pied à La Balaguère,  au cœur du Val d’Azun, face au majestueux Gabizos ; comme une forme de destin rêvé ! Puis je me suis spécialisé dans le métier de chef de produit en mettant les 2 pieds à La Balaguère (et même plus !), et en participant à la longue aventure de l'agence.

La création du "grand trek des Pyrénées"

David Sérano GrocqEn 2018, Jean-Paul Rousselet, des éditions Glénat, nous a sollicités pour faire un beau livre sur les treks des Pyrénées. Gérard Caubet (qui avait déjà écrit plusieurs livres) et moi-même devions nous atteler ensemble à ce livre. Malheureusement Gérard est décédé 2 jours avant que nous ne fixions le choix des treks que nous allions mettre dans ce livre et sa rédaction.

Un peu de temps se passe, puis Jean-Paul Rousselet me recontacte début 2019 pour me proposer d’écrire ce livre seul. J’y avais songé mais hésité ; je n’avais jamais écrit de livre, mais l’aventure me tentait et je voulais, malgré mes appréhensions, le faire pour la mémoire de Gérard Caubet. 

J’ai donc dit oui, et me voilà parti pour quelques mois de rédaction de ce beau livre ("Les plus beaux treks des Pyrénées").

Evidemment, définir les plus beaux treks des Pyrénées n’est pas chose facile. La chaîne est extrêmement variée et recèle d’innombrables trésors… J’y ai donc intégré des treks et des randonnées qui avaient déjà été conçus par La Balaguère ; d'autres que j’ai adaptés. J’en ai aussi créé quelques-uns que je n’avais jamais eu l’occasion d’intégrer dans les programmes.

Je me suis aussi rendu-compte à cette occasion, que les Pyrénées n’avaient pas -hormis les grandes traversées du GR10, du GR11 ou de la HRP- de grands treks (de plus d’une semaine), autour d’un site majeur, comme par exemple le Tour du Mont-blanc dans les Alpes ou le Tour des Annapurnas en Himalaya.

Vignemale - hautes-pyrénées  Vire des fleurs - Ordesa

Si les Pyrénées ont de nombreux massifs de toute beauté, les secteurs de Gavarnie, Ordesa Mont-Perdu et du Vignemale offrent tout de même une concentration incroyable de paysages grandioses, tout en étant très variés. J’ai donc jeté mon dévolu sur ce secteur pour imaginer un parcours de 2 semaines combinant ces différents massifs. Avec évidemment le regret de ne pas pouvoir y intégrer d’autres massifs comme le Néouvielle ou l’Ossau… mais impossible de tout mettre dans un seul et même trek ! 

J’ai donc combiné des randonnées issues de plusieurs séjours (Gavarnie-Ordesa, Tour du Vignemale, Ordesa Colorado…) et quelques étapes inédites afin de créer ce Grand Trek des Pyrénées.

Les points forts de ce trek dans les Pyrénées

Tout ! C’est difficile de réduire le circuit à 2 ou 3 points forts. C’est l’ensemble qui constitue un tout extraordinaire. En faisant ce trek, chaque journée révèle des paysages remarquables et différents d’un jour à l’autre : ici un cirque à la forme circulaire quasi-parfaite, là un autre d’une hauteur vertigineuse avec d'innombrables cascades. Des canyons calcaires larges et béants d’un côté, des vallées granitiques étroites (en V) de l’autre. Constellation de lacs précédant la découverte de plateaux herbeux ou arides… torrents tumultueux ou petits ruisseaux aux méandres capricieux, pinèdes et hêtraie des fonds de vallée, traversées minérales en haute-montagne, ascension de 3000 ou petits ponts romans, sections sur le GR10, le GR11 ou la HRP mais aussi passage sur des vires improbables… On s'y délecte de tout !!!

Mont Perdu cascades

Ça c’est pour donner un idée de la variété des ambiances, mais je ne peux pas tout décrire. Quant à la notoriété des noms de lieux traversés, il y a de tout : certains peu connus des français comme les lacs de Bachimaña et de Brazato, la vallée du Rio Ara, Estaubé… Et d’autres qui ne peuvent que plaire à ceux qui les ont déjà parcourus. En effet le trek vous permet de découvrir tour à tour le Cirque de Troumouse, le Cirque de Gavarnie, de monter au refuge de Baysselance pour gravir le Petit Vignemale en dominant le glacier d’Ossoue. Descendre vers les Oulettes et le lac de Gaube, enjamber le Pont d’Espagne, traverser le Marcadau… dormir au tout nouveau refuge des Sarradets pour franchir la Brèche de Roland, emprunter l’incroyable Faja de las Flores -la vire des Fleurs- surplombant le canyon d’Ordesa, ascensionner le troisième sommet des Pyrénées : le légendaire Mont-Perdu, avant de traverser les canyons d’Anisclo et de Pineta. Et enfin, admirer avant de descendre dans son antre, le Cirque de Gavarnie -nous y revoilà- depuis le sommet du Piméné.

ordesa

Vraiment, je ne saurais pas quoi choisir parmi tous ces points forts. Auxquels on peut ajouter 2 parcs, l'un français, l’autre espagnol : le Parc National des Pyrénées et le Parc National d’Ordesa-Mont-Perdu, où isard, hermine, renard, lagopède, aigle royal, gypaète barbu, vautours fauve, grand tétras, desman des Pyrénées, bec-croisé des sapins, salamandre, euprocte des Pyrénées… ne sont qu’un aperçu des habitants des lieux. Vous ne les verrez pas tous, mais eux vous verront certainement ou du moins entendront le bruit de vos pas ou vos Waouh ! Côté flore, c’est encore plus riche, et on croise bien-sûr quelques troupeaux de vaches, brebis et chevaux en liberté venus se rassasier d’herbe tendre.

Un trek PAS RÉSERVÉ AUX GRANDS SPORTIFS MAIS...

La durée du trek, la difficulté de certaines étapes en terme de dénivelé et de distance, certains passages un peu éprouvants et techniques, un peu vertigineux pour d’autres, l’altitude de certains cols... font que ce trek est à proscrire aux néophytes. Il faut être habitué à la randonnée en montagne sur plusieurs jours, être en bonne condition physique et à l’aise en terrain varié.

Par rapport à d’autres itinéraires connus, je dirais qu’en terme de difficulté il se situe entre un Tour du Mont-Blanc (le terrain pyrénéen est plus éprouvant…) et une traversée du GR20 en Corse.
Pour autant, il n’est pas non plus réservé qu’à des grands sportifs. 

 Ordesa bivouac

ENTRE JUILLET ET SEPTEMBRE, LES CONDITIONS de trek dans les Pyrénées SONT OPTIMALES

Personnellement, j’adore le mois de juin car il n’y a pas encore trop de monde en montagne, les pelouses verdoyantes sont tapissées de fleurs et la neige est encore présente, les lacs à moitié dégelés… Mais c’est aussi souvent une période plus compliquée justement à cause de la neige. C’est plus éprouvant à la montée. Et plusieurs passages peuvent s’avérer délicats, nécessitant alors l’usage des crampons, piolets comme par exemple l’ascension du Mont-Perdu. C’est pourquoi nous ne le proposons pas en juin à La Balaguère, mais plutôt en juillet et août afin de maximiser les chances de pouvoir réaliser le programme dans son intégralité. Mais les montagnards avertis, expérimentés et autonomes peuvent envisager de l'effectuer en juin.

En septembre la montagne est plus « sèche », mais souvent, les lumières sont fabuleuses… et les lieux connus sont beaucoup plus tranquilles.

Découvrez le Grand trek des Pyrénées 

Vous pouvez découvrir ici tous nos circuits à pied dans les Pyrénées

Créateur de circuits dans les Pyrénées

Autres articles

Un immense merci !

Grâce à vos nombreux votes, notre circuit a gagné le prix du public dans sa catégorie lors du concours organisé par Trek Magazine. Un immense merci !

Luz, voyageuse de retour du circuit "Balcons du Queyras à raquettes"

Le lendemain nous étions tous là, prêts à repartir à la découverte d’un nouveau sentier. La montagne se présentait à nous encore plus haute, encore plus belle, parée comme d’une robe étincelante qui se dessinait jusqu’au sommet. Le dénivelé était important, nous montions en zigzag, nous glissions parfois, nous enfoncions les bâtons et gardions le rythme, puis lentement nous avons atteint les Chalets de Clapeyto à 2250m : j’ai dû à ce moment reprendre mon souffle, non seulement à cause de la montée, mais de la vue grandiose qui s’offrait à moi.

Les Baux de Provence, joyau des Alpilles

Niché au cœur des Alpilles, le village des Baux de Provence, véritable nid d'aigles du haut de son promontoire rocheux (245 m), offre des panoramas d’exception à 360°sur la chaîne des Alpilles et les vallées voisines.
Contactez-nous
05 62 97 46 46
Suivez-nous