Christophe, voyageur de retour des gorges du Verdon en liberté

Bonjour Christophe ! Voyageur du moisTu reviens tout juste de notre randonnée "Les gorges du Verdon", peux-tu te présenter ?

Je m’appelle Christophe, j’ai 39 ans et suis en couple avec 2 enfants. Je suis à la fois un passionné des nouvelles technologies, un amoureux des grands espaces et de la nature sous toutes ses formes et, un peu sportif à mes heures perdues.

J’aime combiner ces passions de plusieurs manières : par exemple, profiter des vacances et d’une destination lointaine pour réaliser de la photographie ou de la prise de vue aérienne des paysages rencontrés.

Pourquoi as-tu choisi cette randonnée ? A qui la conseillerais-tu ?

A l’occasion d’un break professionnel de quelques mois, je voulais profiter de la nature avant de repartir dans le tourbillon de la vie urbaine.

Pour choisir le voyage, je devais conjuguer plusieurs envies : des randonnées d’un niveau correct mais pas spécialement difficiles, en montagne, en liberté, en itinérance, en n’ayant que les affaires de la journée à porter. Mais je devais également conjuguer quelques impératifs : en France, au mois d’avril (donc toutes les randonnées dans les Alpes ne sont pas encore ouvertes), pendant une semaine maximum.

Le Verdon m’a ainsi semblé l’équilibre idéal.

Et puis les arguments étaient imparables : les plus hautes gorges d’Europe, une eau au bleu turquoise pénétrant qui tranche avec la nature verdoyante du printemps, un parcours idéalement construit avec des étapes bien réparties en difficulté. La promesse de pouvoir faire de belles photos et de filmer en drone (en respectant la réglementation…) dans un décor majestueux.

Je recommande ce séjour plutôt aux marcheurs avertis, éventuellement en famille. Attention aux enfants/ados car quelques sentiers sont un peu exposés en longeant les falaises : pas le droit au faux pas ! C’est idéal pour ceux qui aiment la liberté, marcher seul ou en petit groupe.

Les randonnées ne sont pas très difficiles : 5-6 heures de marche avec un dénivelé (en moyenne 700m par jour) bien réparti le long de la journée.

Enfin, la formule en gîte est très bien, surtout en basse saison !

Raconte-nous tes meilleurs moments et souvenirs de cette randonnée...

Je retiendrai en particulier trois points de ce magnifique séjour : D’abord ce fut une réelle rencontre avec la nature, ensuite la beauté des paysages, enfin la qualité du parcours.

Le rituel d’une semaine de randonnée se met rapidement en place et se répète tout au long de la semaine. Se lever (relativement) tôt, finir d’empaqueter ces affaires pour la journée, un petit-déjeuner copieux et c’est parti !

Le temps a été splendide toute la semaine et, alors que l’herbe était souvent givrée au début de la randonnée, une heure de marche suffit pour se retrouver en t-shirt pour le reste de la journée. Les sentiers sont pratiquement déserts tout au long de la semaine et, au final, j’y ai croisé plus d’animaux que de randonneurs !

On marche, on oublie progressivement sa montre et ses repères urbains et on traverse lentement cette nature que le printemps met en ébullition. Quel plaisir !

Les heures de marche défilent et on est tenté de sortir l’appareil photo toutes les deux minutes. Mais il faut quand même marcher…

Gorges du Verdon

L’arrivée au gîte du jour, en début ou milieu d’après-midi, est également un moment agréable : une bonne douche, un bon livre et une bonne bière permettent de tranquillement conclure la journée, reposer les jambes et attendre le repas du soir où chacun partage ses expériences de la journée.

J’ai apprécié le renouvellement des paysages, chaque journée est différente : le sentier Blanc-Martel est le grand classique de la semaine mais j’ai tout autant apprécié de voir les gorges « par le haut », avec la magnifique vue depuis le belvédère de Rancoumas (optionnel sur l’itinéraire… mais incontournable à mes yeux). La journée de retour à Rougon fait traverser le territoire des vautours (ré-)installés ici il y a plusieurs années. Ils m’ont survolé une bonne partie de la journée, me faisant comprendre que c’était moi l’intrus au milieu de leurs montagnes.

La dernière journée de marche est un véritable épilogue de la semaine, le sentier s’étire le long des gorges et on aperçoit le chemin pris à l’aller, de l’autre côté de la vallée, mais aussi Castellane, petit point au fond de la vallée qui grossira au fur et à mesure des heures de marche jusqu’à devenir la ville, étape finale de la semaine. Je n’avais définitivement pas envie de rentrer…

Pour toi, La Balaguère, c'est...

… l’organisme qui m’a donné le sourire en me simplifiant tous les aspects pratiques.

La préparation a été rapide et efficace : j’ai dû changer mes dates de vacances pour retarder le voyage d’une journée. Pas de problème, le changement a été pris en charge et extrêmement rapide par Balaguère.

Sur place, tout est bien rôdé et et je n’ai eu aucun accroc. Le roadbook est bien fait, mes affaires m’attendaient chaque soir à l’arrivée au gîte. Les informations pratiques facilitent a vie. Il n’y a plus qu’à se concentrer sur l’essentiel : profiter des randonnées et de l’endroit !

Et ton prochain voyage ?

Probablement un voyage familial. Peut-être faire découvrir aux enfants les Alpes durant l’été ?

Mes idées de voyage sont légion et pour le moment il y a plus de destinations encore à découvrir que d’autres déjà découvertes. Le Brésil, le Japon et l’Islande sont certainement dans le trio de tête. Je rêve aussi d’un trek au Népal

 

Comment est choisi le voyageur du mois

Autres articles

Le GR20 Corse

En Corse, le GR20 (Sentier de Grande Randonnée 20) est réputé pour être un des chemins de trek les plus difficiles d’Europe. Il est nécessaire de bien se préparer physiquement et moralement avant de se lancer dessus. 14 jours sont habituellement nécessaires au marcheur de bonne condition physique pour parcourir le GR20 dans son intégralité, mais l’itinéraire peut être divisé en deux parties de 7 jours : le GR20 Nord et le GR20 Sud.

Ma découverte des Bastides Albigeoises

En albigeois, on est loin du tourisme de masse. D’ailleurs, l’exiguïté des sites ne permettrait pas d’absorber les foules. Par contre c’est super pour la rando. Rien de tel qu’arriver à pied dans une bastide pour en savourer tous les charmes.

Littérature - Voyages avec un âne dans les Cévennes de Stevenson

Le "Voyages avec un âne dans les Cévennes" de Robert-Louis Stevenson est désormais un livre célèbre. N'hésitez pas à l'acheter avant d’entreprendre votre marche le long du GR70, ou, juste pour le plaisir !

Suivez-nous