Ax-les-Thermes, détente, randonnée et gastronomie

Ax-les-Thermes est une privilégiée dans le paysage pyrénéen. Elle possède à la fois de l’eau thermale à profusion au milieu de montagnes particulièrement propices au ski et à la randonnée. Ces activités ont permis le maintien d’un important bassin de vie avec tous les services allant avec.

On accède à Ax-les-Thermes par une longue vallée parcourue par l’Ariège dont la source se trouve dans les montagnes d’Andorre près du Pas de la Case. Quasiment inviolable le comté ne comprenait pas moins  de dix-sept châteaux forts et des grottes fortifiées appelées « splougas ». Juché sur un piton en aval d’Ax les thermes, le château de Lordat est le plus remarquable. Aucun va-et-vient dans la vallée ne pouvait échapper à sa vigilance. Après avoir abrité des cathares, il est abandonné pendant les guerres de religion il est devenu aujourd’hui un lieu d’animation.
L’autre versant de la vallée est creusé de grottes fortifiées appelées « splougas »

Antonin Gadal historien mystique né à Tarascon 1877, dont les accointances pour cathares ne le faisaient pas mystère y voyait un mystérieux chemin des étoiles servant de rite initiatique aux parfaits.

Ax-Les-Thermes, ville d'eau

Ax-les-Thermes

Ax est connue depuis les romains comme le suggère son nom voulant dire eau. 

La ville, bâtie sur une chaudière naturelle, ne compte pas moins de 60 sources appelées « canons », dont certaines sont à ciel ouvert. Le Bassin des Ladres, en plein centre est spectaculaire. Il fut construit sur ordre de Roger comte de Foix sous le règne de Saint Louis. Les eaux qui l’alimentent sortent de terre à 77 °C. Elles servaient à tout, même à ébouillanter les animaux avant de les peler et plus surprenant à cuisiner une « soupe au canon » faite d’eau thermale dans laquelle on rajoute une cuillère d’huile, une gousse d’ail et une tranche de pain. Conseillée aux seuls estomacs blindés !

Depuis qu’une déviation accouchée aux forceps, évite aux voitures la traversée d’Ax-les-Thermes, la station a vraiment connu une renaissance miraculeuse. Il fait bon désormais se promener, dans les rues, lézarder la place et s’adonner au  lèche-vitrine sans se faire klaxonner à tout va.

La remise en forme

Quand ne vient pas à Ax pour se remettre en forme, on y vient pour soigner ses sciatiques, ses rhumatismes et certaines infections des voies respiratoires.

Aux thermes de Coloubret dédiés à la remise en forme, l’eau thermale connue pour ses vertus relaxantes, coule entre 33 et 38°. Toutes les installations de thermes romains ont été reconstituées : le frigidarium, bain d’eau froide (15°C), le caldarium, bains d’eau chaude (38°C) et le vaporarium, vapeur naturelle d’eau thermale.

Un forfait de 5 heures d’accès aux thermes est en option dans le séjour. Chacun est libre de le consommer à son rythme. Avantage de la souplesse : nul besoin de courir à la fin des randos pour arriver à l’heure, passer à l’hôtel se changer, prendre sa serviette et filer aux thermes ventre à terre.

Le « Pass 5 heures » permet par beau temps de profiter au maximum de la montagne et du soleil. Que survienne un coup de mou, zou aux thermes pour se requinquer. 

Le séjour et les randonnées

Pour le randonneur, Ax les thermes est une plaque tournante idéale d’où il peut rayonner sur toute la Haute Ariège.

Nous proposons une randonnée pour découvrir la région tout en profitant des thermes et de la relaxation : Ax-les-thermes, randonnée et balnéo en Ariège.

Le séjour commence par un tour de la vallée départ à pied de l’hôtel. Un beau sentier fait le tour des villages par Ascou, Sorgeat et Ignaux. C’est l’occasion pour l’accompagnateur de présenter le séjour, de parler de la vallée, de partager ses bons plans et aux participants de faire amplement connaissance.

Le lendemain direction le pic du Tarbésou (2374 m). C’est le pivot de la vallée. Le regard embrasse d’un coup d’œil circulaire toutes les montagnes de la Haute Ariège et d’Andorre.
On y monte facilement depuis le col de Pailhères jalonné de remarquable tourelles de pierre hautes de 2 mètres. Monuments historiques, elles datent de la fin du 19e siècle. Leur mission était de faciliter le passage par mauvais temps vers le Donezan, petit bout d’Ariège qu’une aberration de l’histoire a oublié entre Aude et Capcir.

Pic de Tarbesou

Au pied de la Dent d'Orlu coule l’Oriège à ne pas confondre avec l’Ariège. Connue pour ses voies d'escalades elle fait face à la Réserve nationale de faune d’Orlu créée en 1947. On y trouve du mouflon réintroduit dans les Pyrénées il y a une cinquantaine d’années. Excellent grimpeur, ce cousin du mouton vit en petits groupes familiaux de 5 à 30 individus sous la conduite d’une vieille femelle expérimentée. Avec leurs cornes enroulées, les grands mâles sont particulièrement photogéniques.

Le col de Chioula donne accès à l’étonnant Pays de Sault et Montaillou, village universellement connu grâce à l’ouvrage de l’historien Emmanuel Le Roy Ladurie « Montaillou village occitan de 1294 à 1324 ».
A l’époque de l’action, la révolte cathare bat son plein. L’auteur s’appuie sur des interrogatoires pour décrire les vies ordinaires de paysans anonymes au temps de l’inquisition.

Les randonnées empruntent ou croisent à plusieurs reprises trois des grands GR qui sillonnent les Pyrénées. Le GR107 dit aussi chemin des bonshommes marche sur les traces des derniers cathares fuyant l’Inquisition. Nous le suivrons à rebrousse-poil pour rejoindre le refuge des Bésines au départ de l’Hospitalet.

Le GR7 qui traverse la France du ballon d’Alsace à l’Andorre sera notre fil conducteur pour aller aux étangs de Rabassole dans le massif du Tarbésou. A Mérens les Vals, nous rencontrerons le GR10 en provenance du plateau de Beille, du refuge du Rhule et se dirigeant vers le Capcir par l’étang de Lanoux et les Bouillouses.

L’hôtel

Situé à deux pas du centre ville, La Grande Cordée est un hôtel pas banal.

Créé par un accompagnateur en montagne de surcroit cuisinier, la randonnée fait partie de son ADN. Pas de carte mirobolante mais une cuisine du pays simple et sincère dérogeant parfois avec la gastronomie catalane. La catalogne est toute proche. De l’azinat aux bolas de picolât tout est fait sur place. Les végétariens ou les sans gluten ne sont pas traités comme des emmerdeurs mais font au contraire l’objet d’attentions particulières. Les petits déjeuners sont copieux et les pique-niques savoureux.

Toutes nos randonnées en Ariège et dans les Pyrénées

Accompagnateur en montagne et écrivain pyrénéiste

Autres articles

Le circuit Retrouvance, un livre ouvert sur l’histoire de la forêt ariégeoise

Le Vicdessos est une des vallées les plus pyrénéennes qui soit. On y entre par une porte étroite surveillée depuis les temps préhistoriques par la grotte de Niaux, le Lascaux pyrénéen. Ce circuit Retrouvance est un livre ouvert sur l’histoire passionnelle et passionnée de la forêt ariégeoise.

Le GR10 en lice pour être élu GR préféré des français

Mon GR® préféré repart pour une seconde saison ! ️Parmi les 8 itinéraires en compétition, le GR® 10 – Traversée des Pyrénées – en lice pour le titre de "GR® préféré des Français" ! Du 1er au 22 novembre, vous pourrez voter pour votre favori sur www.MonGR.fr.

Christine, de retour de notre rando yoga au Pays Basque

Les premières heures de marche vers le pic du Mondarrain et le pique-nique face aux Pyrénées et plus loin l'aperçu de l'océan atlantique nous ont conquis, et le groupe s'est formé sous le signe de la bienveillance, du respect de l'autre mais aussi l'ouverture les uns aux autres. Après une première journée de marche et une petite visite d'Espelette, nous avons été accueillis, installés à l'hôtel et enveloppés dans un cocon de bien être grâce au yoga.

Suivez-nous