Venir en Roumanie, c’est vivre une expérience humaine

Je m'appelle Doïnitza Derevlean, née et habitant à Sucevita, un village des Carpates, à deux pas d'un des plus beaux monastères de Bucovine.

Avant de travailler dans le tourisme de randonnée, j'étais prof de français dans le village voisin et je faisais 3h de marche aller-retour quotidiennement ! 

En Roumanie, marcher fait partie de la vie des gens, qui, jusqu'à il y a peu, n'ont guère connu d'autre moyen pour se déplacer. J'en ai fait un métier, parcourant depuis vingt ans les Carpates de Roumanie et d'Ukraine, les collines de Moldavie et les steppes de la mer Noire. Le métier de guide de randonnée m'a fait rencontrer plein de gens merveilleux, m'a donné plein d'amis, une ouverture au monde.

J'accompagne régulièrement des randonnées en Roumanie pour La Balaguère. Je vous conseille de venir dans mon pays parce que, au sein d'une Europe de plus standardisée, la Roumanie n'est pas encore un pays "normal" ! Ce pays est une anomalie, une anomalie joyeuse et assumée !

C'est un pays où le monde paysan est encore vivant -mais pas pour longtemps- !, où l'on prend le temps de vivre et d'accueillir ses hôtes.

Un pays où l’on mange bien -trop bien-, sain et varié. Bon, sain et juste !

Un pays au patrimoine multiculturel unique en Europe, et aux paysages tellement variés, que le marcheur ne peut trouver que son bonheur.

Un pays généreux, rigolard, rafraîchissant !

Venir en Roumanie, c’est vivre une expérience humaine rare, c’est participer au maintien d’une vie rurale robuste mais menacée.

Chez nous, l’authenticité n’est pas ce slogan vide de sens que l’on étale dans les catalogues. Elle est notre quotidien : notre équipe, nos guides, nos chauffeurs et, bien entendu, nos familles d’accueil, sont des ruraux.

Ce que j'aime par-dessus tout en Roumanie, c'est la générosité des gens, leur fraîcheur, la convivialité, la gaité. Et la cuisine, qui est extraordinaire -tous nos randonneurs le disent- ! Je suis très attachée au monde paysan -celui de mes origines-, aux gens des montagnes de Bucovine, des Monts Apuseni et de Maramures. Ils ont un supplément d'âme, ils sont encore dans un autre monde. Très liés à la nature qui les environne et les fait vivre, ils sont la générosité même. On a l'occasion de faire de nombreuses rencontres dans nos deux randonnées : "Maramures, la balade des villages" et "Au coeur des Carpates de Transylvanie".

Je suis fière aussi de notre patrimoine, qui reflète la cohabitation de tant de cultures : les monastères de Bucovine, les citadelles saxonnes de Transylvanie, l'architecture en bois du Maramures...

Toutes les saisons sont bonnes pour se rendre en Roumanie.
J'aime beaucoup juin et juillet : les foins, les fleurs, la grâce des soirées parfumées de Septembre et octobre regorgent de fruits, de parfums sucrés.
La période de la Pâque orthodoxe est un moment inoubliable.
Et l’hiver est la saison des lumières, des édredons, de la chaleur des maisons de bois chauffées par le poële en céramique.

La Roumanie est engagée dans le tourisme responsable.

Nous n’avons pas attendu cette mode des bons sentiments pour nous engager dans la préservation des ressources, du travail, de l’environnement et d’une certaine qualité de vie. Vivant sur les lieux de nos activités, nous sommes évidemment les premiers concernés ! Vivre et travailler au village est donc un engagement de tous les jours !

Nous animons un réseau unique de prestataires, dont une trentaine de familles du milieu rural, en Roumanie, en Ukraine, en Moldavie. Les tarifs convenus avec eux sont supérieurs à ceux pratiqués généralement. C’est cela, notre façon d’être responsables ! Cela leur permet d’investir dans leur exploitation, dans l’amélioration de leurs conditions de vie ou dans les études de leurs enfants...

Avec notre équipe d’hébergeurs, de guides, de chauffeurs, nous sommes engagés dans un combat inégal contre le dépeçage de l’espace rural et contre les effets dévastateurs d’une standardisation soi-disant inéluctable. L’enjeu, c’est la survie d’un monde rural de qualité, épanoui, où il fait bon vivre, travailler et se cultiver. Où les voyageurs sont accueillis et non pas subis.

Autres articles

Fabrice, son récit de voyage "Picos de Europa, raquettes dans les Asturies et la Cantabrie''

A l'arrivée du téléphérique à Fuente Dé nous sommes accueillis par des isards qui filent et doivent bien rigoler en nous voyant chausser nos raquettes. La balade est incroyable, nous longeons des lacs gelés qui se sont affaissés et craquelés sous le poids de la glace car l'eau s'infiltre dans la roche calcaire. La neige est zébrée du sable du Sahara qui a recouvert l'Espagne et la France les jours précédents. Nous voyons également le refuge Véronica, petit refuge "boite de conserve", vestige d'un porte avion venu s'échouer en altitude.

Hierro aux Canaries : un contraste de couleurs et de paysages merveilleux

Nous débutons notre séjour avec une jolie randonnée dans le parc national du Teide, un bel aperçu de toute sa richesse et sa beauté. Une dizaine de kilomètres entre champs de lave, pins, espèces endémiques,... un contraste de couleur tout au long de la journée et toujours avec vue sur le Teide. Nous logeons ensuite 5 nuits au centre de l’île de El Hierro, un point de chute bien choisi pour randonner chaque jour à la découverte de sa grande diversité. Des courts transferts sont prévus pour nous amener chaque jour à un départ de sentier, et nous permettre de découvrir plusieurs facettes de l’île. A chaque randonnée, nous profitons de l’océan à perte vue !

Palma, randonneuse de retour de notre circuit Hierro, la Sauvage aux îles Canaries

J’ai choisi ce voyage à Hierro car il est à deux pas, et au bout du monde à la fois. Si petit ilot qu’il n’y a pas de badauds, que des curieux de (la) nature et des forêts primaires. Des amoureux des grands espaces et des photographes chasseurs de moments fugaces. Parce que l’on peut s’y baigner en hiver quand 4h avant j’étais arrivée emmitouflée de mon sud ensoleillé...
Contactez-nous
05 62 97 46 46
Suivez-nous