Notre voyageur(se) du mois

Chaque voyageur est invité au retour de son séjour à laisser un avis sur notre site internet, nous sélectionnons chaque mois parmi tous les avis celui qui nous a le plus marqué, parce qu'émouvant, drôle...  et nous proposons au voyageur concerné de nous en dire un peu plus sur son expérience avec La Balaguère. En remerciement pour sa participation, nous lui envoyons un kit comprenant du matériel de randonnée.

Ses articles

Le circuit est conseillé aux personnes désirant partager la randonnée, les paysages grandioses et les visites culturelles des principales villes d'Andalousie. Pour ceux qui éprouveraient des craintes sur la faisabilité du chemin du roi, je vous certifie que ce sentier est abordable par tous les marcheurs et même ceux qui souffrent du vertige (ce qui est le cas de mon épouse). Quant à notre guide, il s'est efforcé de nous préparer des pique-niques originaux en rapport avec les spécialités du pays. Dès notre arrivée à l’hôtel, il partait négocier le menu dans de petits restaurants typiques où tout était toujours excellent et très original.
Partir du Liban pour marcher la dernière section du chemin français de Compostelle, c’était le rêve qui m’accompagnait depuis plus d’une quinzaine d’années. Le chemin, avant tout, c’est la compagnie. Que de rencontres sur ce vieux chemin, des pèlerins de toutes nationalités portant chacun le sourire sur le visage et personne ne sait ce qu’ils cachaient ni dans le cœur ni dans le corps, mais ils avançaient, comme si le monde entier progresse sur le « camino ». Croyant ou pas, on ne peut qu’expérimenter la force de la prière, de la méditation ou toute autre exaltation pour se recueillir et continuer cette marche qui va au-delà du chemin pour se prolonger à l’intérieur de soi vers ce chemin profond que chacun de nous tente de retrouver.
Les premières heures de marche vers le pic du Mondarrain et le pique-nique face aux Pyrénées et plus loin l'aperçu de l'océan atlantique nous ont conquis, et le groupe s'est formé sous le signe de la bienveillance, du respect de l'autre mais aussi l'ouverture les uns aux autres. Après une première journée de marche et une petite visite d'Espelette, nous avons été accueillis, installés à l'hôtel et enveloppés dans un cocon de bien être grâce au yoga.
L'évocation seule du nom" lac de Constance" nous a semblé assurer un dépaysement complet avec une culture différente, une histoire foisonnante de poésie, plusieurs langues et 3 pays à traverser... Mais la simple idée de découvrir ces nouveaux espaces, en pédalant, côte à côte, ou en file indienne, en s'amusant et surtout à notre rythme nous a tous emballés. C'est un périple ouvert à tous, petits et grands, pas besoin d'être un grand sportif, pas de performance, juste le plaisir de partager en pédalant, en ouvrant grands ses yeux.
Plus encore qu'un voyage dans l'espace (et pourtant, quels paysages ! Quelle végétation endémique ! Quelles gorges splendides !), c'est le voyage dans le temps qui m'émeut. Au jour 4, après avoir suivi un magnifique sentier en balcon, nous pique-niquons dans une forêt de pins et découvrons peu après ce que, un certain Paul a dû découvrir lui-même voilà 2000 ans : une crique au pied d'une falaise abrupte, une plage de galets, quelques touches de végétation auxquelles la civilisation a juste ajouté un petit bateau, et 2 petits bâtiments. Un bout du monde quasi éternel sous le soleil, léché par l'eau turquoise.
Chaque soir et chaque matin l’équipe est à nos petits soins : thé après montage, dîners remarquables, petits déjeuners de galettes chaudes, de crème de patate douce. Lorsqu’ils ont fait du pain dans la braise sableuse, que nous avons poursuivi la soirée avec leurs chants, dans un ciel sans pollution et dans le voile laiteux de la pleine lune… la vie vous récompense des choses les plus simples. La soirée c’est le scénario que chacun construit. L’overdose de thé vert à la menthe a semble-t-il libéré nos esprits parce que ça fuse : les bons mots, les histoires improbables, les contes…, les gens se déverrouillent.
Laguna Colorada : en la voyant, il n’y a pas de doutes, ce ne peut être qu’elle ! Et nous constatons de nos propres yeux que la photo du site de la Balaguère n’a pas été retouchée. J’ai déjà épuisé les superlatifs mais tant pis, c’est somptueux et c’est la stricte vérité. Nous restons de longues minutes à admirer les flamants roses qui plongent leur bec à tour de rôle dans l’eau colorée, dans un ballet fluide et harmonieux.
Depuis longtemps, je souhaitais gravir les sommets mythiques des Pyrénées, (...) N’ayant pas envie de partir en solo, j’ai effectué quelques recherches sur internet. Et là, la réponse à mon projet apparaissait de manière évidente : le circuit FP1APY9 proposé par La Balaguère (...) Un concentré de 3000 mètres pyrénéens emblématiques, et tout ça en 1 semaine !
L'idée de faire ce parcours de 300km en 5 jours nous a séduits, rouler matin et après midi était une aventure à tester, alors sans nous poser plus de questions nous y sommes allés... C'était bien… je dirais même plus... très bien !... Nous avons eu l'impression de sortir d'une sorte de pèlerinage.
Madère est une île à recommander pour tous les amoureux de paysages spectaculaires, où on peut selon ses appétences, faire des randonnées relativement tranquilles, ou avaler du dénivelé tous les jours. Nous avons beaucoup apprécié Jardim do Mar : l'endroit est idyllique. Nous logions dans une délicieuse maison d'hôtes avec vue sur la mer, tenue par une chaleureuse madérienne qui nous dorlotait avec des gâteaux au petit déjeuner pour nous donner de quoi faire face à la rando du jour, et de la puncha fraîche au retour.
J'avais lu un extrait de l'autobiographie de Gerald Brenan " Al sur de Granada" et depuis j'avais dans l'idée d'aller sur ses traces à pied et d'effectuer l'ascension du Mulhacén. J'avais envie de revoir Grenade. Je conseille cette randonnée à ceux qui apprécient de comprendre l'histoire et la culture mais aussi l'Homme dans son milieu. Cette randonnée est au coeur des Alpujarras, les villages sont vraiment très beaux, on s'y sent bien, de plus leurs habitants sont incroyablement gentils et prévenants. Cette randonnée est équilibrée et ne comporte pas de difficultés majeures.
Cette rando a bénéficié d'un temps exceptionnel ce qui nous a permis de profiter pleinement du décor extraordinaire qui s'est déroulé tout autour de nous. Les pique-niques copieux, avec spécialités locales à déguster ont été des moments de partage appréciés, qui plus est toujours dans un environnement exceptionnel. Sur notre chemin nous avons aussi eu la chance d'apercevoir de près les marmottes, de rencontrer les bouquetins, de dominer le vol du faucon crécerelle et autres rapaces diurnes devenus rares.
Nous étions un petit groupe de 6 femmes, toutes aussi enthousiastes les unes que les autres à participer à cette découverte originale du Népal : entre femmes, et à la rencontre des femmes. Nous avons rencontré Asha, cette jeune alpiniste népalaise qui a gravi les 7 plus hauts sommets des 7 continents. Comment oublier l'accueil des habitants des villages de Kabhre et de Lwang ! Et nous avons passé deux nuits dans le monastère de nonnes Nagi Gompa avec Danzee qui a été nonne puis porteuse et maintenant guide francophone.
Pour choisir le voyage, je devais conjuguer plusieurs envies : des randonnées d’un niveau correct mais pas spécialement difficiles, en montagne, en liberté, en itinérance. Et puis les arguments étaient imparables : les plus hautes gorges d’Europe, une eau au bleu turquoise pénétrant qui tranche avec la nature verdoyante du printemps, un parcours idéalement construit.
Randonner, c'est aussi la meilleure façon de découvrir le vrai visage d'une région, c'est prendre son temps, s’agencer soi-même son spectacle de couleurs et de lumières... Et puis il y a « le groupe », fait au départ de « gens avec qui on ne partirait pas en vacances » et qui finit en équipe soudée où chacun a le respect de l’autre, sans chichi, sans en rajouter, parfaitement conscient du caractère éphémère de cette rencontre, mais prêt à ne pas rater ce qui passe.
Nous avons choisi le Maroc car ce pays nous attirait depuis longtemps. Puis nous avons choisi le désert car nous voulions partager quelque chose d’exceptionnel. Nous avons été accompagnés par un guide très attentionné : Abdou. Nous avons découvert des paysages surprenants par leur diversité et avons vécu quelque chose d’extraordinaire : une journée de pluie dans le désert.
Depuis des années, je cours voir les films iraniens qui sortent en France car le cinéma permet de deviner la réalité d’un pays et les préoccupations de ses habitants, mais jamais je n’imaginais qu’un jour j’irais à Téhéran, Persépolis, que je roulerais dans les paysages qui m’ont tant fascinée dans les films de Kiarostami. Shiraz et Ispahan avaient pour moi des sonorités de conte des Mille et une nuits.
J'ai choisi ce séjour car allier randonnée et yoga était pour moi un rêve : pratiquer le yoga en plein air pur, avant et après la marche, que demander de plus !... Je souhaitais vivre des vacances saines et régénérantes, tout en lâchant prise, et ce fut le cas !
Je conseillerais les Canaries à tous les marcheurs, de tous niveaux. El Hierro demande à ce qu'on prenne son temps, le même parcours ne fait pas la même balade suivant l'heure à laquelle vous commencez.
J’ai fait ce voyage, pour réaliser une promesse formulée il y a bien longtemps. Le chemin de Saint-Jacques de Compostelle est pavé de bonnes intentions, nul ne s’y engage gratuitement même en vivant dans le déni de certaines valeurs ou de croyances.

Suivez-nous